Vie et mission en Nouvelle-Zélande

Je suis très heureuse de partager avec vous un peu de notre vie de Petites Sœurs en Nouvelle-Zélande.

A l’heure actuelle, nous sommes une « communauté » de 5 sœurs. Deux sœurs vivent seules dans le secteur de Wellington : Barbara Gibbs à Petone et Veronica Hackett à Upper Hutt. Wellington se situe dans le sud de l’île du Nord de la Nouvelle-Zélande. Barbara et Veronica vivent leur vie et leur mission dans leur secteur et avec leurs voisins. La mission de Barbara est tournée vers le soutien de personnes âgées et d’habitants du quartier qui ont une maladie chronique ou qui sont en phase terminale d’une pathologie ; Veronica est très impliquée auprès des familles ayant de jeunes enfants : elle les soutient et les accompagne dans leur cheminement spirituel. Barbara et Veronica essaient de se rencontrer dès qu’elles le peuvent et s’apportent un soutien mutuel en s’appelant régulièrement. 

Eleni , Leiola et Manusiu, vivent dans le sud d’Auckland (dans le nord de l’île du Nord), à une heure d’avion de Wellington. Nous avons deux maisons mais nous ne formons qu’une seule communauté. Eleni vit seule pour le moment à Papatoetoe, jusqu’à ce qu’Alapina Smith revienne de son absence de deux ans. Alapina a reçu une autorisation de s’absenter pour s’occuper de sa mère qui était très malade ; celle-ci est décédée en juillet 2011 mais sa maladie a affecté la santé du père d’Alapina, qui est restée pour l’aider.
Eleni travaille avec des réfugiés à Auckland et continue de participer à la Commission Œcuménique pour l’Eglise de Nouvelle-Zélande : le groupe de dialogue méthodiste/catholique pour l’Eglise de Nouvelle-Zélande.
 
Leiola et moi habitons à Otara, à 10-15 minutes de Papatoetoe. Leiola est à la recherche d’un travail salarié mais elle continue de visiter des personnes de notre secteur et fait divers petits travaux dans la maison. Depuis 10 ans, je travaille pour le service de pneumologie de l’hôpital de Middlemore, avec une interruption d’une année sabbatique en 2008/2009. Ces 5 dernières années, nous avons géré des consultations journalières, et mis en place des observations nocturnes pour trouver le meilleur traitement à ceux qui souffrent d’AOS (Apnée Obstructive du Sommeil), un syndrome que l’on retrouve très fréquemment chez les habitants du sud d’Auckland. Nous avons traité plus de 1200 personnes, uniquement pour le sud d’Auckland. 
 
Nous nous réunissons toutes les trois en communauté deux fois par semaine pour la prière et le repas, dont une fois le dimanche. 
 
Chacune est engagée pour exprimer le charisme à sa manière. Nous nous retrouvons aussi pour nos réunions et Barbara et Veronica y participent par e-mail et/ou téléphone, et elles échangent sur les sujets que nous traitons. Lorsque nous avons notre Chapitre local, nous essayons toujours de nous déplacer jusqu’à Wellington pour retrouver Barbara et Veronica, ce qui nous donne aussi du temps pour être les unes avec les autres. La distance nous sépare, mais nous essayons d’employer au mieux la technologie moderne afin de rester proches et de nous soutenir mutuellement. 
Manusiu ‘Ahio
 
Veronica nous parle de sa mission à Upper Hutt City
 
On m’a demandé de partager un peu sur ma mission dans cette ville multiculturelle et ouvrière dont la population s’élève à environ 40.000 personnes. Depuis mon arrivée ici en 2001 à l’âge de 75 ans, beaucoup de familles et de groupes sont devenus le quotidien de ma vie.
 
Je confie à vos prières une jeune famille que j’accompagne en ce moment. Voici leur histoire :
 
"Scott et Susie Bentley ont quitté l’Amérique pour la Nouvelle-Zélande il y a quelques années de cela. Comme ils ont trois enfants de moins de 6 ans, Susie a choisi de ne pas travailler pour s’occuper d’eux. Répondant à une offre d’emploi, son mari a trouvé un travail à Upper Hutt, et c’est avec joie que la paroisse a accueilli une famille catholique fervente. 
 
Notre paroisse de St Joseph est connue pour son hospitalité. Un pot est offert après la messe, ce qui permet de nous mélanger un peu et de faire connaissance. Je me suis vite liée d’amitié avec cette jeune famille. La situation n’était pas facile pour eux, car ils n’avaient pas de famille en Nouvelle-Zélande. Susie a demandé à venir me voir à un rythme régulier, pour une direction spirituelle… C’est alors que j’ai appris que son mari avait une pathologie incurable du rachis. Susie attend son quatrième enfant, qui doit naître en janvier 2012. Des examens récents ont révélé qu’il était atteint d’une maladie appelée « anencéphalie ». En général ces bébés meurent in utero. Aucun ne survit plus de deux semaines.
 
A l’hôpital, on lui a automatiquement suggéré de procéder à une interruption de grossesse. Susie a refusé, sur le motif qu’elle était catholique. Cette famille aura bien besoin d’être soutenue et encouragée pendant les prochains mois. Nous avons dit à Susie : « tu portes un saint dans tes entrailles : ton quatrième enfant, qui intercèdera pour la famille dans le ciel ». Daniel est le prénom qu’ils ont choisi pour leur fils."
 
Nous avons organisé une « chaîne de prière » pour cette famille. Joignez-vous à nous si vous le souhaitez. Quelle magnifique vocation qu’est la nôtre : être attentives à la famille, l’église domestique !
 
 
Sr Veronica, Petite Soeur de l’Assomption
09/12/2011
Enregistrer au format PDF Imprimer l'article envoyer l'article par mail envoyer par mail
> Tous les articles remonter Remonter