Soeur Marguerite : témoin centenaire du souffle du monde, de ses douleurs et de ses beautés...

Je remercie Dieu qui m’a donné pendant 100 ans le don magnifique de la vie humaine... Je rends grâce d’avoir rencontré et partagé la vie de tant de Peuples si divers et si attachants, au cous de ces 100 années !

Je remercie mes chers Parents qui ont donné à leurs 8 enfants l’exemple d’une existence toujours tournée vers l’Evangile...

Je remercie la Congrégation de m’avoir permis de vivre au quotidien les premiers mots de la Règle de Saint Augustin "Que Dieu soit aimé, et puis le Prochain "...
 
Mon premier envoi en 1931, a été pour Tours. 
Notre Responsable, Sr.M.Thérèse de l’Enfant Jésus, avait été désignée à être une Petite Sœur de l’Assomption, par le Père Pernet en personne !.. 
La Mission à Tours était belle, doublée de celle de Saint Pierre des Corps, où les familles communistes nous accueillaient le plus souvent avec une vraie chaleur !
 
Après mon engagement définitif, j’ai été envoyée avec une Sœur belge et deux françaises, au Canada pour l’ouverture d’un Noviciat à Ville Lasalle... Très vite, 1940 est survenu, avec l’invasion de la Belgique, puis de la France... Le noir total jusqu’à ce que le Phare lumineux de l’Appel du 18 juin, nous rende à l’Espérance ! 
 
Suite à une fatigue du cœur, on m’a envoyé ensuite à Philadelphie, aux U.S.A. où il m’a été donné d’admirer les qualités du "Peuple des Negro-spirituals" et en même temps de "m’attrister" du racisme d’autres Américains !
"Grand contraste d’humanité" quand, en 1948, on m’a envoyé en Irlande... Là, pendant 8 ans j’ai appris à connaître la Foi profonde imprégnant toute la vie des Irlandais de cette époque : fruits de la persécution et de l’héroïsme de tant de générations précédentes...
 
En 1955, l’appel d’un Evêque de Nouvelle Zélande pour une fondation, m’a permis d’aller, avec 6 Sœurs irlandaises, jusqu’à ce pays...."le bout du monde".. prévision de notre Fondateur dont l’Evêque s’est servi pour gagner sa cause ! ... Là encore, que de qualités humaines à découvrir, d’audace, de totale droiture, de solidarité de cette "population implantée" de Nouvelle Zélande ! 
 
De retour en France pour le Chapitre de 1964, c’est à une autre partie du globe que j’ai été envoyée, le Brésil , Pays dont les habitants se réclament issus de 3 continents (Indiens d’Amérique, d’Afrique de l’esclavage, et Europe des conquérants portugais, merveilleux métissage de qualités développées par la pauvreté extrême, doublée de solidarité des millions d’habitants de cet immense Pays ! J’ai été rappelée en France en 1970 auprès de ma dernière sœur, gravement accidentée. 
 
En 1975, j’ai été envoyée, avec deux autres Sœurs (qui, avec moi avaient exprimé ce désir) dans une Maison de Retraite Départementale de la Loire, de 500 Pensionnaires, la plupart étant des "exclus de la société" pour des raisons variées... J’ai trouvé là et pendant 29 ans, une nouvelle manière de vivre ma vie de Petite Sœur... non plus en vivant "pour" les autres, mais en vivant "avec" les autres, un "dépouillement de soi" qui permet de mieux entrevoir l’Infinie gratuité de l’Amour de Dieu pour nous ! J’ose dire que ces années ont été les plus belles de ma vie missionnaire de Petite Sœur.
 
Et me voilà, aujourd’hui, depuis 6 mois, à la Maison de Retraite de Grenelle, située dans notre chère Maison-Mère, où se sent le souffle du Monde entier, de ses douleurs et de ses beautés, particulièrement en cette année de "Rencontres internationales" !
 
Je rends grâce d’avoir rencontré et partagé la vie de tant de Peuples si divers et si attachants, au cous de ces 100 années !
 
Soeur Marguerite, Petite Soeur de l’Assomption
12/04/2011
Enregistrer au format PDF Imprimer l'article envoyer l'article par mail envoyer par mail
> Tous les articles remonter Remonter