République Démocratique du Congo - TOKOLA LISANGA A KINSHASA

« Laissez les petits enfants venir à moi, ne les empêchez pas. Sachez que le royaume de Dieu est pour ceux qui leur ressemblent. » Marc 10, 14

Je suis Ernestine, congolaise. J’habite à Kinshasa la capitale de la République Démocratique du Congo, où il y a deux communautés de Petites Soeurs. J’ai prononcé mes vœux, le 4 septembre 2010, et c’est depuis cette même année que je travaille à notre petite école maternelle qui s’appelle Tokola Lisanga qui signifie en français « grandissons ensemble ».
 
C’est depuis 2006 que notre école maternelle a vu le jour. Aujourd’hui, ça fait déjà 8 ans d’existence. Nous travaillons avec les enfants de 3 ans, 4 ans et 5 ans. Pour moi, c’est la 4ème année que je travaille avec ces tout-petits.
 
Notre école maternelle a comme objectif : participer à l’éducation de l’enfant, l’aider à développer sa personnalité et l’accompagner dans sa croissance pour qu’avec les autres, il devienne citoyen et chrétien utile à la société congolaise.
 
Pendant deux ans j’ai été l’éducatrice des plus petits donc les enfants de 3 ans, une année avec les 5 ans et à présent, je travaille à la direction. Oh, comme c’est beau de travailler avec les enfants ! J’ai vécu avec les enfants en famille, dans le quartier avant d’entrer au couvent, mais je ne faisais pas attention à leur comportement comme je le fais à présent. Les enfants sont vraiment merveilleux, je les aime bien, ils sont très intéressants. Maintenant, j’ai une attention particulière à leurs gestes, leurs façons de jouer, leurs langages…, et je trouve qu’ils sont formidables. 
 
Je rends grâce pour cette opportunité que j’ai eue d’exercer ma mission auprès des tout-petits. Cette expérience restera gravée dans mon cœur. Ça m’a beaucoup aidée et ça joue un grand rôle dans ma vie chrétienne et ma vie religieuse.
 
Depuis que je travaille avec ces enfants, j’ai compris beaucoup de chose que je ne comprenais pas, j’ai appris à travers eux et j’ai acquis des connaissances et des qualités que je n’avais pas.
 
Avec ces enfants, j’ai appris la patience, la maîtrise de soi, la joie, le pardon profond, la confiance. Avec eux, il faut avoir vraiment une grande patience, un cœur de mère qui aime tous ses enfants sans avoir de préférence. Aimer tout le monde, les plus doués et les moins doués, les courageux et les timides. Les enfants nous font confiance plus qu’à leurs parents. Pour eux, la parole qui a de la valeur, c’est ce que la sœur a dit à l’école.
Le matin à 7h30 quand ils arrivent à l’école, tous sont très contents, souriants, mais quelques-uns boudent un peu parce qu’on les a réveillés tôt et qu’ils voulaient achever leur sommeil. A 8h00, nous faisons la ronde chantée, c’est un moment très important, où l’enfant qui était fâché ou celui qui pleurait revient à son attitude normale, afin de bien commencer sa journée.
 
A la direction tout n’est pas facile mais je suis toujours invitée à la vigilance, la prudence, à être sage et toujours soutenue par l’aide de mes sœurs.
Pendant la récréation, en jouant un ami bouscule l’autre. Celui-ci en pleurs vient me dire qu’on l’avait tapé. J’appelle les deux et je dis à celui qui avait tapé son ami de lui demander pardon. Sans hésiter, sans réfléchir, il demande pardon à son ami, et j’ai posé la question à l’autre, tu lui as pardonné ? Il me répond, oui, je lui ai pardonné et, à l’instant même, les deux amis se tiennent par la main et ils continuent à jouer comme si rien ne s’est passé. Ça m’a vraiment impressionnée, car chez nous les adultes un pareil pardon sera un pardon naïf, qui n’a pas de sens, mais pour les enfants ce pardon est profond, c’est vraiment un pardon réel. Alors, j’ai vite pensé aux paroles de Jésus : « si vous ne devenez pas comme les enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux. » Mt 18, 3
 
Je rends grâce à Dieu pour cette opportunité qu’il m’a offerte d’exercer ma mission auprès des enfants, et avec Jésus je remercie Dieu en disant : « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je te bénis, ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout petits. » Mt 11, 25
 
Ernestine
 
  
 
 
 
30/06/2014
Enregistrer au format PDF Imprimer l'article envoyer l'article par mail envoyer par mail
> Tous les articles remonter Remonter