République Démocratique du Congo - Agents de transformation

Dans l’approfondissement de l’objectif du Centre de Formation Mère Marie de Jésus, « pour la formation intégrale et la Promotion de la Femme Congolaise… »

Quand je suis arrivée à la Communauté du Noviciat en 2011, le projet d’organiser un cours d’initiation à l’informatique est né à partir du désir exprimé par un groupe de femmes qui fréquentaient le cours de coupe et couture.
Actuellement pour les personnes qui ne connaissent pas l’informatique, même si elles ont des diplômes universitaires, c’est difficile de communiquer au niveau global. L’Internet c’est le moyen de communication en réseau très universel et très répandu dans notre société.
 
« Pour que la femme puisse être un agent de transformation » (objectif spécifique du Centre), il nous a paru utile et possible, avec des vieux ordinateurs, d’organiser un petit cours d’initiation adapté à leur niveau, ce qui faciliterait aussi et surtout l’apprentissage du français – parce que c’est la langue officielle du Congo.
Toutes les semaines pendant deux heures, en petits groupes pour faciliter l’apprentissage des femmes, nous nous retrouvons dans la salle de TIC (Technologies de l’Information et Communication) essentiellement pour l’initiation du programme ou logiciel en Word, Excel, PowerPoint et Internet.
 
L’adhésion fut grande et il a fallu sélectionner une partie du groupe. La persévérance de celles qui ont commencé était visible et leur enthousiasme de voir de nouvelles et de belles choses sur l’écran était enflammé : c’était le fruit de leur travail…
 
Quand on dit « une image vaut pour mille mots », cela est vrai. Oui nous sommes à l’époque de l’image, et l’informatique peut les orienter et les mettre en contact avec de belles images et power point du monde entier. Ceci pour les sensibiliser à la beauté, les stimuler à créer et à s’exprimer autrement et pas seulement par la parole. 
 
Le langage informatique c’est le langage des icônes, il peut ouvrir à toute une culture sans barrières de langues, à un langage universel sans frontières : rêve de beaucoup de celles et ceux qui désirent promouvoir la paix et la fraternité.
Ce projet missionnaire m’a aidée à découvrir les peurs qui les habitent, mais surtout les forces de vie et de joie que les femmes africaines portent en elles pour être des agents de transformation. Ce projet a besoin de valeurs plus féminines que seul un cœur de mère peut inventer.
Sr Natália, Petite Soeur de l’Assomption
 
 
Nouvelles de « Tokola Lisanga »
 
« Père, je te bénis aux sages et aux savants, tu caches ton mystère, mais au cœur de l’enfant, tu dis que tu es Père, Père je te bénis, pour ton immense Amour »…
Je vais vous partager un évènement concernant notre école Maternelle « Tokola Lisanga » qui se traduit en français « Grandissons Ensemble ».
 
Comme vous le savez, l’école n’a qu’un seul objectif : participer à l’éducation de l’enfant, aider à développer sa personnalité, et l’accompagner dans sa croissance pour qu’avec les autres, il devienne citoyen et chrétien, utile à la société congolaise. Dans chaque organisme, il y a les lois, les normes et institutions à observer et à suivre, pour notre enseignement congolais, il en est de même.
La majorité des écoles en RDC ont un comité de Parents. Or nous ne l’avions pas encore. Son rôle est d’être un lieu ou un pont entre l’école et les parents.
Après deux ou trois semaines d’activités à l’école un inspecteur est arrivé pour le contrôle des documents pédagogiques et administratifs, tout était en ordre. Se rendant compte que l’école n’avait pas de comité de Parents et que nous avions fixé le prix du minerval (frais de scolarité) sans leur avis, il nous a pénalisé en mettant la directrice en suspension. Je passe sur toutes les formalités que j’ai dû effectuer pour signaler ma suspension à différents services, et je vous assure que ce fut laborieux. Par contre, j’ai convoqué rapidement une assemblée générale de tous les parents. Ce fut le samedi 24 novembre 2012.
 
A cet effet, Monsieur Makalebo Bokiando, président communal de l’Association nationale des Parents d’élèves et étudiants du Congo (l’ANAPECO) est venu gérer et animer cette assemblée. Il y avait 96 parents sur 116 enfants à l’école, tous très intéressés et voulant comprendre et donner leur avis. 
A 9h la réunion a commencé. Heureusement que Monsieur Makalebo était là pour diriger, mettre du calme dans les interventions qui fusaient de toute part. Beaucoup de parents voulaient se présenter pour être président – vice président – secrétaire – secrétaire adjoint – trésorier – trésorier adjoint. Ils se levaient, venaient devant la table pour expliquer les motifs pour lesquels ils se sentaient aptes pour ce rôle. Il fallait élire 7 membres, vote à main levée ; à chaque candidat il fallait compter les voix avec précision…
 
Avec un grand savoir- faire et une patience in¬croyable, Monsieur Makalebo a été jusqu’au bout du travail et vers 14 h. les candidats élus étaient applaudis par toute l’assemblée.
Ce que je souligne de cet évènement :
La participation active des parents pensant au bénéfice de leurs enfants.
La liberté de parole des parents et le respect manifesté par l’écoute des uns et des autres.
La maîtrise de Monsieur Makalebo a permis cette liberté de parole en gérant et donnant des ordres à respecter par toute l’assemblée.
La bonne ambiance de cette assemblée, où pour la première fois depuis 6 ans, les parents sont restés jusqu’à 14h. sans se fatiguer.
Cette journée restera mémorable dans l’histoire de l’école. Pour ma première année comme directrice cela a été l’épreuve du feu.
Je sens déjà qu’une bonne collaboration s’instaure entre le Président du comité de l’école et moi-même.
Je suis heureuse de ce chemin parcouru avec les parents qui prennent en compte l’éducation morale et spirituelle de leurs enfants.
 
Sr Marcelline, Petite Soeur de l’Assomption
22/04/2013
Enregistrer au format PDF Imprimer l'article envoyer l'article par mail envoyer par mail
> Tous les articles remonter Remonter