Projet rassembleur au Canada

En avril 2012 le secrétariat JPIC international demandait à toutes les commissions JPIC de travailler à une banque de données, concernant le Projet missionnaire de chaque Province. En ce qui nous concerne dans la province canadienne, nous nous sommes interrogées sur ce que cela signifiait comme réflexion et réalisation, compte tenu de notre réalité vieillissante.
 
Voici la démarche entreprise : La mise sur pied d’un projet sollicitant l’apport des sœurs. Il s’agissait de monter un relevé de leurs implications et de leurs motivations dans les différents organismes en lien avec les objectifs JPIC. Dès le départ nous nous sommes aperçues qu’un ajustement s’imposait afin que chacune saisisse bien l’objectif et y réponde selon sa propre implication. Les réponses furent généreuses. La compilation a été élaborée en portant attention au contenu vécu de différentes façons par chaque participante. Pour la mise en forme du document, appelé PHOTO DE PROVINCE, une amie des PSA, Micheline, a été notre ressource technique.
 
Processus de réalisation :
 
  • Identification de chaque organisme avec son sigle et sa mission, en ayant soin de préciser si celui-ci œuvrait au niveau provincial, national ou international.
  • Subdivision des réponses en deux catégories selon les implications : Justice et Paix, Intégrité de la Création.
 
Analyse de la participation de chaque sœur via la légende suivante :
 
PA (présence active)
P (pétition)
M (manifestation)
S / R (référence, aide à la conscientisation)
L (lettres où cartes d’appui où d’opposition)
 
Une fois cette première étape terminée, Gisèle et Julie ont rencontré les communautés ainsi que Berthe et Yvette pour présenter le travail et recueillir les réactions. Ce fut une joie d’être ainsi reçues par chacune et d’entamer un bon dialogue. Des expressions de satisfaction sont exprimées et déjà des amorces de suivi sont lancées. Conscientes qu’en congrégation nous nous habilitons à utiliser les techniques de communication, nous emboîtons le pas pour nous rendre proches des réalités de notre monde et être capables d’interagir.
 
Lors d’une rencontre de Province, le 29 août 2013, nous nous approprions ce qui nous caractérise maintenant. Nous avons la joie de nous reconnaître les unes, les autres ; de nous redécouvrir, de ressentir ce qui nous impulse en profondeur comme PSA. Dans le contexte québécois actuel, où les différentes nationalités sont plus présentes, le « Vivre ensemble » appelle à approfondir l’information, l’analyse et la conscientisation. Il se situe dans la ligne de ce que nous désirons vivre aussi dans chaque communauté. 
 
Avec satisfaction nous constatons le processus de transformation qui nous habite. Nous sommes attentives à trouver des alternatives cohérentes avec l’esprit de la commission. C’est l’occasion de se rappeler l’invitation à participer au site web de JPIC et de voir les possibilités de manifester notre intérêt à la Commission JPIC de la Province. 
 
À cette étape nous pouvons dire que « Le propre du marcheur c’est de ne jamais désespérer du sens de sa marche. Nous allons par étapes de campement en campement, heureux d’avoir atteint le but, mais décidés à reprendre la marche, à continuer, mais aussi heureux de souffler, car il faut reprendre des forces. » (Pas à pas avec notre Dieu).
Au nom de la commission JPIC
Soeurs Gisèle et Julie, Petites Soeurs de l’Assomption
 
de gauche à droite : Pauline, Alice, Gisèle, Julie, Marie-Paule
 
 
 
Lettre de Léa et Marielle, 29 août 2013
 
Après avoir assisté à cette vivante et intéressante réunion (rencontre provinciale avec JPIC), j’ai demandé à Marielle Gagnon si elle était d’accord pour rendre compte à nos sœurs PSA de quelle façon nous vivons notre mission de Petites Sœurs de l’Assomption dans l’infirmerie des Sœurs de la Providence.
 
Nous sommes sur deux planchers :
  • Marielle au septième vit avec 21 compagnes :
- 2 Petites Filles de Saint-Joseph
- 7 Filles de la Sagesse
- 1 Dominicaine
- 11 Sœurs de la Providence
  • Léa au neuvième vit avec 16 compagnes :
- 3 Sœurs Missionnaires de Notre-Dame d’Afrique
- 12 Sœurs de la Providence
- 1 Petite Fille de Saint-Joseph
 
Notre mission selon le petit feuillet du Chapitre Général 2011
« Va avec la force qui t’anime… »
 
C’est Dieu qui nous envoie… Notre Charisme nous confie une mission aux frontières, dans des endroits de médiation dans le monde et dans l’Église. C’est une mission liminale, c’est-à-dire notre point de départ dans le renouveau de la Congrégation : c’est la maladie.
 
Elle nous rappelle que notre mission n’est pas notre œuvre. C’est la mission de Dieu que nous vivons en corps international aujourd’hui dans cette infirmerie, et qui nous fait aller au-delà de la tolérance et du respect. 
 
L’Esprit travaille et nous appelle à une nouvelle naissance (Jn3) :
 
1. En acceptant notre état de santé
2. En accueillant le mode de vie de nos nouvelles compagnes : repas, douches, bains aux heures et aux jours déterminés
3. En accueillant les infirmières laïques et les préposées de nationalisés différentes et internationales, parfois peu habituées au travail demandé
4. Les loisirs : jeux, sorties, pique-niques, le tricot, épluchettes de blé d’inde, etc.
5. Exercices physiques
6. Attention et délicatesse aux sœurs alitées, aux sœurs en chaises roulantes, aux aveugles et autres…
7. Visites aux sœurs alitées et visites des sœurs dans nos chambres.
 
Moi, Marielle : ma santé fait que je suis plus dépendante pour les soins corporels. J’accueille tout en essayant d’être ouverte aux manières différentes de donner les soins de chacune des aidantes. Par cet accueil à ces soins à l’infirmerie, je vis ainsi ma mission de Petite Sœur de l’Assomption sous la présence de l’Esprit qui travaille en moi et m’attire vers une nouvelle naissance dans la paix, la joie et la sérénité !
 
Moi, Léa : l’énumération précédente me manifeste que je ne suis pas là pour faire ma volonté, mais celle du Seigneur. C’est ainsi que j’exprime ma mission. Pour la vivre, tous les matins je scrute mon âme pour voir si elle est en bonne relation avec la prière du Seigneur « Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel », puisque sans Lui nous ne pouvons rien faire.
 
Soeurs Marielle et Léa, Petites Soeurs de l’Assomption
10/12/2013
Enregistrer au format PDF Imprimer l'article envoyer l'article par mail envoyer par mail
> Tous les articles remonter Remonter