Projet « Plenamente Capaces » (PPC) - Lima, Pérou

Projet « Plenamente Capaces » (PPC) de la Fraternité chrétienne des personnes malades ou en situation de handicap, du diocèse de Lima – Pérou

« Une Petite Sœur, qui fait partie des chrétiens et qui, à ce titre, doit se dépenser au salut et au bien des autres, y est obligée doublement parce qu’elle est apôtre par vocation. » Etienne Pernet. (Approches V p. 21)
 
Après avoir fermé la maison d’Arequipa en 2012, j’ai été invitée à faire partie du projet « Proyecto Plenamente Capaces », un programme personnalisé de réalisation de soi. J’étais très enthousiasmée par le fait de travailler à mi-temps, même s’il a fallu que je m’adapte au changement de communauté et de mission.
 

Connaître la réalité

Pour tout projet, il faut être bien informé, et connaître les bénéficiaires (80 membres handicapés de la fraternité), les personnes de l’association « Sembrando Amor Familiar » à qui s’adresse le projet. 
 
C’est un projet financé grâce au soutien de Misean Cara, PAL (Irlande) dont les Petites Sœurs de l’Assomption se portent garantes.
Il a d’abord fallu former l’équipe responsable, nommée « Cabinet Moteur », constituée de 2 professionnels, 3 étudiants en psychologie et 4 animateurs/trices (membres de la fraternité), et 1 consultant responsable de l’élaboration des cahiers et de la formation de l’équipe pour pouvoir mettre en place les ateliers pour les participants.
 
Quand ce « Cabinet » a été formé, nous avons commencé la formation, chaque atelier étant composé de sous-thèmes qui sont faits pour que les participants acquièrent une plus grande connaissance d’eux-mêmes et puissent se projeter dans l’avenir.
 
Les ateliers sont découpés selon des modules (maillons de la chaîne). Comme le dit l’évangile : « Lève-toi, prends ton brancard et rentre chez toi. » (Mt 9,6)
1ère étape : « Ma vie aujourd’hui » : diagnostic personnalisé
2ème étape : « La vie que je voudrais avoir » : rêves et changements
3ème étape : « Le soutien dont j’ai besoin » : équipe de soutien
4ème étape : « Les pas que je vais faire » : plan d’action
Transfert du programme à des noyaux.
 
 

Faire face aux difficultés

  • Comme je n’ai pas participé à l’élaboration du projet, je me suis rendu compte qu’il n’était pas facile de comprendre ce qui avait été prévu.
  • Difficulté liée au fait que l’on ne connaisse pas bien les engagements pris par les Petites Sœurs avant d’accepter un projet quelconque.
  • Comme les cahiers de travail étaient présentés au dernier moment, cela rendait difficile la préparation des ateliers.
  • Il n’a pas été facile de trouver des partenaires dans la recherche de financements, malgré les entretiens avec les autorités des organismes publics et privés.
 

Agir sur le terrain

 
Dans chaque atelier, j’ai compris combien le projet a été enrichissant au niveau du travail en équipe, de la compréhension réciproque, la coordination constante, la correction des matériaux, la décoration du local, la connaissance des autres, la joie, la confiance etc.
 
L’accompagnement des animateurs/trices m’a beaucoup aidée : observer la préparation des ateliers, l’assurance et la maîtrise du thème, la joie après avoir terminé les sessions, le fait d’écouter les participants, avec leur réalité familiale parfois douloureuse, et l’exclusion de la société encore aujourd’hui. Connaître leur lieu de travail ou leur domicile, comme disait Etienne Pernet « Votre mission est d’aller à la rencontre des pauvres… », paroles encourageantes qui donnaient là-bas tout son sens au Royaume de Dieu, au milieu de la précarité et de la pauvreté humaine…
 
J’ai l’impression d’avoir vécu cette expérience avec des doutes, des découragements, mais aussi avec joie, patience et avec l’espoir de pouvoir surmonter ce qui n’était pas évident. En équipe, nous nous soutenons continuellement pour animer les ateliers de chaque mois.
 

Etre témoin de leurs progrès

C’est ce qui m’a poussée à être patiente, objective, face à la réalité des personnes qui ont un handicap : leurs rêves, leurs progrès positifs, chacun à son rythme, mais avec un enthousiasme, une confiance… Je ne cessais d’admirer leur joie malgré leur handicap, le plus souvent psychomoteur. Ils/elles croient dans ce qui est petit et invisible pour les grands, et j’ai eu la chance de vivre le sens fort de la mission. « La Petite-Sœur vit cet amour dans les réalités ordinaires de la vie par la compassion, la miséricorde et la justice. » Etienne Pernet. (Origine de la spiritualité p.113)
 
Je crois en la capacité de chacun, même la plus insignifiante, et aussi dans le travail en équipe, la communion, qui pousse à vivre en harmonie, et la joie qui est aussi très importante dans notre vie.
 
J’ai appris l’importance :
  • du soutien de la communauté PSA, après des jours et des heures de travail ;
  • de participer à l’élaboration de tout type de projet, car cela permet de le connaître et de le mettre en œuvre 
  • du travail de systématisation des rapports, qui invite à se réjouir des témoignages de vie.
  • d’avoir une base en formation professionnalisée, pour apporter une efficacité dans la mission.
Je suis convaincue que les relations entre les institutions ouvrent des portes pour travailler sur le terrain avec les populations vulnérables, comme nous l’avons dit et redit aux Chapitres et aux réunions : le travail en réseau est précieux.
 

Témoignages personnels

Francisco 52 ans. « Ce module n°2 m’a aidé à élargir mon cercle de relations et à améliorer ma vie familiale. » Francisco explique aussi qu’il est très motivé par les objectifs de prospection tracés dans le dernier atelier.
Elmer 20 ans et Elena disent : « le fait de vivre ensemble ces modules nous a donné confiance en nous et dans les autres, nous avons réussi à vaincre notre timidité et à prendre de l’assurance dans nos décisions. » Ils ajoutent : « On apprend peu à peu à se connaître soi-même, avec ses défauts et ses qualités, et surtout ses capacités… »
 

Les Petites Sœurs de l’Assomption présentes dans le PPC 

Par la présence de Willma, nous avons senti le soutien et la confiance de sa communauté à mesure que nous réalisions diverses activités. L’objectif du PPC est que les participants fassent une démarche de réalisation de soi. D’une manière ou d’une autre, notre équipe a vécu une partie du charisme des PSA. « Travailler pour un monde de justice et de paix. » Nous constatons que dans notre pays il y a beaucoup de situations qui engendrent des injustices pour les personnes en situation de handicap : opportunités réduites, manque d’accessibilité physique, psychologique, etc.
 
Ce projet cherche à œuvrer pour rétablir cette justice là où nous avons les mêmes droits… nous avons fait partie de la famille des P.S.A... merci de nous avoir donné cette chance. Combien de joies nous avons vécues ensemble, des nouveaux défis…
 
Nous avons travaillé en équipe, en tant que responsables du projet, nous avons cherché à construire nos différences, cherché à résoudre les difficultés, nous avons vu les participants grandir, nous nous sommes réjouis de voir ces changements, nous avons eu la chance de voir et d’entendre les témoignages des participants et de leurs familles.
 
Je voudrais aussi vous parler de notre participation au Congrès de Psychologie de l’Université Inca Garcilaso de la Vega (nov 2013). L’expérience était nouvelle pour nous : parler devant plus de 100 étudiants et professionnels en psychologie et des travailleuses sociales, pour leur expliquer le cadre théorique du Projet PPC, le rôle des animateurs, les résultats que nous rencontrions déjà chez les participants. Par les questions de l’assistance, nous avons pu constater l’intérêt et l’admiration que le projet suscitait.
 
Nous étions un peu tendues au départ, puis un peu rassurées, et finalement heureuses et émues, parce que le projet a été diffusé, et parce que nous sommes parvenues à ce que la Fraternité soit connue dans un milieu universitaire.
 
Nous remercions les Petites Sœurs de l’Assomption qui nous accompagnent et sont à nos côtés.
Mabel, Coordinatrice PPC 
 

Marcher avec la fraternité

Quand la Congrégation des PSA a relevé le nouveau défi de travailler au PPC avec les personnes handicapées de la Fraternité, on ne pensait pas que cette expérience serait d’une grande richesse humaine, une formation intégrale pour les deux organisations. Quand les ateliers ont commencé, la majorité des participants, qui vivaient une réalité différente, se caractérisait par une très faible estime de soi, un profil introverti et n’ayant pas de buts et d’objectifs dans la vie.
Au cours des Ateliers de Formation (I-II-III et IV), les participants ont pris connaissance de leurs capacités, aptitudes, goûts, émotions et autres aspects importants de leurs vies comme par exemple : comprendre qu’ils ont des droits, qu’ils peuvent aimer et être aimés et qu’ils peuvent être des personnes avant d’être handicapés.
 
De la même manière, quand ils découvrent que leurs rêves peuvent se réaliser à condition qu’ils assument leurs propres projets de vie, en suivant une planification personnelle, alors une nouvelle espérance s’ouvre à eux : il leur est possible de renverser le cours de leur vie actuelle, pleine de difficultés, et de vivre des faits très concrets qui leur font entrevoir de nouvelles opportunités et de nouveaux choix pour une meilleure qualité de vie.
 
En partageant ce que j’ai vécu dans cette démarche, je ne peux m’empêcher d’exprimer ma joie pour les changements miraculeux chez toutes ces personnes : l’expression de résignation et de dépit d’avant, s’est muée en un sourire sûr et prêt à lutter pour ses propres idéaux : devenir entrepreneur, lancer une affaire commerciale, améliorer son revenu ou dégoter un travail. D’autres ont pour objectif de s’épanouir dans une relation de couple, de perdre du poids, de prendre soin de leur santé ou tout simplement d’être heureux dans leur entourage familial. Tous ces buts et ces rêves éloignés, deviennent aussi les miens parce qu’à force de vivre avec eux et de partager leurs espérances, ce sont aussi mes espérances, car je peux voir devant moi une communauté pleine de vertus, d’amour qui a des capacités immenses que seules les personnes peuvent avoir. 
Filiberto, Animateur zone este- chosica
 

Le chemin continue…

Le grand défi se poursuit, transmettre le sens de la vie personnelle, de la portée sociale et de l’insertion professionnelle…
« En vérité, celui qui croit en moi fera les œuvres que je fais. Il en fera même de plus grandes, parce que je pars vers le Père. »
(Jn 14,12)
 
Soeur Willma, Petite Soeur de l’Assomption 
willma-5qanwan@hotmail.com

 

02/04/2014
Enregistrer au format PDF Imprimer l'article envoyer l'article par mail envoyer par mail
> Tous les articles remonter Remonter