Présentation succincte de Benallar et du projet de potager à Sarrià

1. Fondation Benallar
Benallar a été créée en 2002 : c’est une fondation sociale sans but lucratif dont l’objectif est de promouvoir, canaliser et faciliter une égalité de vie, dans tous les domaines, entre les personnes immigrées et la société d’accueil. Cette fondation est le deuxième projet social créé par « l’Associació Cintra », formée de 40 congrégations religieuses. [qui a aussi lancé en 2010 d’autres projets : Projet de logement, formation pour l’insertion professionnelle et activités interculturelles].
 
2. Logement d’urgence pour l’accueil des jeunes en difficulté
Il existe plusieurs foyers qui accueillent les personnes en difficulté financière ; nous parlerons ici du foyer qui s’occupe du tout premier accueil, auquel participe Consuelo Palomar, une sœur de notre communauté, avec deux Religieuses d’autres congrégations. Elles travaillent en équipe et se relaient pour partager la vie et aussi les tâches domestiques des jeunes accueillis. Elles essaient de leur donner une formation vaste qui facilitera leur intégration dans la culture et les coutumes de ce pays.
 
3. Projet d’horticulture écologique : 
Une opportunité et une stratégie pour offrir un débouché professionnel
Ce projet a commencé en 2010, mais un nouveau souffle lui a été donné en mai 2012, par la création de l’entreprise « Verdallar » S.L., à but non lucratif, visant à faire de l’horticulture écologique une stratégie pour développer la formation et l’emploi chez les jeunes immigrés accueillis.
Face à la crise économique, Benallar essaie de répondre, selon ses possibilités, par la mise en place de cours d’insertion professionnelle pour les personnes qui n’ont pas de permis de travail, des ateliers d’artisanat et d’horticulture, qui peuvent apporter aux jeunes accueillis une subsistance, aussi minime soit-elle. Les terrains que leur prête une autre Congrégation deviennent insuffisants.
 
4. Projet Benallar-Verdallar du potager nommé « Wunpini » sur le terrain des Petites Sœurs à Sarriá.
En décembre 2012 le Conseil de Province, puis le Conseil provincial, ont réfléchi à l’idée de céder le terrain, en considérant ce que ce geste pouvait avoir de positif : offrir une formation et un travail aux immigrés « sans papier » et économiser le salaire versé normalement à l’équipe qui entretenait le jardin et le champ. Le Conseil provincial a pris la décision de signer le contrat de cession. C’est ainsi qu’on a officialisé l’accord légal selon lequel la Congrégation cède ledit terrain et l’eau nécessaire à l’arrosage, en échange de l’entretien et du nettoiement du reste du champ et du jardin. La récolte et la vente des légumes seront un moyen de subsistance pour la vie partagée dans les logements d’accueil. La cueillette des fruits sera à leur charge et les récoltes à parts égales avec les Sœurs. Ce projet a débuté le 2 janvier 2013.
La communauté est très heureuse qu’on utilise son eau et que la terre bien cultivée puisse porter ses fruits, qui peuvent être partagés avec ceux qui en ont vraiment besoin. Nous pensons que c’est une façon de participer à la création d’un monde plus humain et d’encourager un style de vie sain, écologique, et solidaire.
[cet article est très résumé, sans entrer dans toutes les précisions importantes. Il permet seulement de comprendre la décision prise et la célébration de l’Inauguration]
 
Fête Pascale avec l’inauguration du potager de Sarriá
 
Une journée qui a été un signe de la tendresse de Dieu pour notre communauté. Le 13 a été une journée particulière. La Fondation Benallar nous invite à la fête de l’inauguration du Potager écologique.
 
Elle a été très bien organisée, dans les moindres détails… et pour tous elle a été une raison de rendre grâce. Nous étions 100 personnes réunies, entre les bénévoles, les jeunes accueillis à Benallar, les amis des institutions et les Petites Sœurs de l’Assomption. Nous avons célébré le don de la nature, la joie des fruits de la terre qui apparaissent déjà…
La « présentation » a commencé par différents discours : Teresa, Olivella, responsable du Projet de ce potager, a présenté la Fondation et a remercié les Petites Sœurs pour le terrain, et toutes les personnes bénévoles pour leur précieuse collaboration… Carmen Jiménez a été invitée à dire quelques mots improvisés qui ont bien mis en valeur le travail de la Fondation et celui des jeunes immigrés etc. Ana Royo (Religieuse de la Compagnie de Sainte Thérèse, fondatrice et présidente de la Fondation Benallar) a remercié tous les bénévoles pour leur collaboration et les Petites Sœurs pour leur générosité, tous en faveur des plus défavorisés. Elle a expliqué comment, après avoir accueilli différentes propositions pour le nom du potager, elles ont retenu celui de « Hort Wunpini », qui dans la langue dagomba du Ghana signifie « cadeau de Dieu ».
 
Ensuite, Assumpta Pallarés (bénévole) a lu le poème de Miquel Martí i Pol, intitulé « Solstici », qui est une vraie méditation :
« Reconduisons la vie avec la certitude
qu’aucun effort
ne tombera en terre stérile…
Viendra un jour où quelqu’un
boira à pleines mains
une eau de lumière qui jaillira des pierres
du temps nouveau
que nous sculptons » (traduction libre du catalan)
Consuelo (Petite Soeur de l’Assomption), qui fait partie de l’équipe du logement d’accueil, a lu un texte de l’Evangile : « Regardez les oiseaux du ciel : ils ne sèment ni ne moissonnent ni ne recueillent en des greniers, et votre Père céleste les nourrit ! Ne valez-vous pas plus qu’eux ? » (Mt 6,26) Ce texte nous invite à apprendre de la nature, qui a besoin de soins pour croître et donner du fruit, mais en fin de compte tout est providence de Dieu.
Des Petites Sœurs de toutes les communautés de Barcelone ont participé, plusieurs d’entre elles collaborent au projet Benallar.
 
Ensuite, dans ce climat de prière et de joie, nous avons été invités à réaliser un « mandala » géant, où chaque personne a pu déployer sa créativité. Un grand nombre des présents n’avaient jamais fait de « mandala » collectif et cela s’est avéré une très belle expérience de communauté fraternelle, un hommage à la nature et une action de grâce partagée.
 
 
Début des discours / Le mandala est commencé : laissez venir à moi les petits enfants
 
Mais les grands protagonistes de l’évènement ont été le Professeur et les jeunes qui réalisent l’atelier d’horticulture de Benallar, et qui sont accueillis dans les logements de la Fondation. Sans leur travail et leur dévouement, il n’aurait pas été possible qu’en trois mois, un terrain qui était en friche depuis tant d’années, soit à présent si bien cultivé et entretenu. C’est pourquoi ils méritaient cette petite expression de reconnaissance en présence de tous, et le cadeau qui leur a été offert. Eux-mêmes ont égayé cette activité avec la musique de leur terre… Eulalia Dib, a pu parler avec eux en arabe et ils étaient plus que ravis.
 
A gauche, Teresa Olivella (bénévole)
A droite, au 1er plan Eulalia Dip (Petite Soeur de l’Assomption). 
 
Une fois la prière et l’œuvre d’art achevées, on nous a proposé de former deux grands groupes encadrés par une bénévole : avec deux récipients d’eau de l’étang et un rameau, elle bénissait l’ensemble du champ. Dans le potager, elle nous a expliqué en détails les différentes cultures que l’on pouvait voir, chacune avec sa propre couleur…. Tout était un hymne au don de la vie !
 
Le soleil printanier nous a tenu compagnie, nous faisant cadeau de la lumière et de la chaleur… Et la fête s’est conclue sur un buffet composé de ce que chacun avait apporté, facilitant le partage et l’échange d’idées, de projets, et les relations. Ainsi s’est achevée la Célébration.
 
 
Photo réalisée le 7 mai 2013. Le champ a commencé à être préparé le 2 janvier. Tout pousse : bettes, laitues, tomates, ail, oignons, persil…
 
Ha Concepción, Petite Soeur de l’Assomption, La Sarriá
 
05/11/2013
Enregistrer au format PDF Imprimer l'article envoyer l'article par mail envoyer par mail
> Tous les articles remonter Remonter