Premiers Voeux de 2 Novices vietnamiennes

Une danse et beaucoup de sens

Lors de l’engagement de Thao et Hoa ainsi qu’à la messe d’envoi des sœurs au Viêtnam, nous avons eu la chance de contempler les dons des jeunes vietnamiennes par une danse et un chant. En voici la signification un peu plus concrète par les paroles et le ressenti d’une d’entre elles dans les gestes qu’elles ont faits. 
 
Le titre est « Dieu nous donne ses dons », et cela s’exprimait par « Seigneur je te remercie de m’appeler pour te suivre. Ma vie est comme une petite fleur faible, grâce à Toi, je suis belle. Garde moi dans ton amour Seigneur pour que je sois fidèle jusqu’au bout, et pour que je porte ton amour à tout le monde et leur offre ta lumière en leur cœur. Alors que ton Règne vienne. »
 
La jeune poursuit en disant : « Nous avons dansé tout en priant. Chaque geste parle d’aller, d’oser faire la mission. Dans cette danse se disait aussi la joie que nous avons devant les nouvelles portes qui s’ouvrent et où beaucoup de choses sont à découvrir. Nous sommes sûres qu’il y aura des difficultés au début mais nous n’avons pas peur, nous avons confiance dans le Seigneur, Il marche avec nous. »
 
Pour nous laïcs et petites sœurs, qui étions dans l’assemblée des fidèles, il était beau de voir l’harmonie des couleurs et aussi les va et vient des éventails cachant et révélant le visage de chacune. Cette musique si douce, si légère et à la fois si inattendue révèle la patience de nos découvertes et le chemin à accueillir avec chacune d’elles, pour leur donner le goût d’une mission à aller partager aux confins de la terre.
 
Aujourd’hui, chacun continue sa route ici ou là-bas à travers le monde, en apprenant le français, le vietnamien ou d’autres langues et tout en ouvrant notre cœur à d’autres réalités… En communiant à ce temps d’envoi, nous faisons l’expérience d’un cœur à ouvrir à l’autre et à se laisser déplacer dans nos propres repères.
 
Comme disait le Père Pernet : « Vous devez être prêtes à tout. Ceci est bien dans l’esprit de l’Assomption et des Petites Sœurs, et celle d’entre vous qui voudrait rester dans sa coquille, ou passer sa vie entre les quatre murs d’un cloître, n’a pas l’esprit de l’Assomption ; je bénis la cellule, je respecte le cloître, mais je repousse la coquille. La France est votre berceau, mais l’univers entier vous est ouvert. » 
 
Belle route à chacun là où le Seigneur l’appelle 
et à bientôt ici ou ailleurs….
 
Pour lire l’article sur les Premiers Voeux de nos Soeurs le 16 sept, cliquez ici
 
26/09/2012
Enregistrer au format PDF Imprimer l'article envoyer l'article par mail envoyer par mail
> Tous les articles remonter Remonter