Portugal - Notre mission aux différentes étapes de la vie

En réfléchissant à notre mission depuis mon entrée dans la Congrégation jusqu’à aujourd’hui, j’éprouve une grande joie en voyant comment notre champ missionnaire prend de nouvelles teintes et fait face aux défis au fil du temps.
Comme nous l’avons déjà dit dans d’autres ‘Pain de Chez Nous’ le terrain de mission qui nous était ouvert, lors de notre arrivée à Vila Nova de Gaia, nous a permis de pénétrer lentement dans les familles et de connaître de près la réalité de ce quartier avec ses manques et ses valeurs et une soif profonde de Dieu. « Champ ouvert pour une nouvelle Evangélisation ».
 
En collaboration avec les services sociaux de la zone, nous avons accompagné de plus près certains cas difficiles de personnes à problèmes multiples pour lesquelles on ne voyait pas d’issue qui leur soit favorable ; avec beaucoup de travail et de persévérance, nous sommes arrivées à leur trouver une place dans un foyer ou des aides à domicile.
 
A travers ce service j’ai découvert beaucoup de solidarité entre les voisins et les personnes chez qui nous allions travailler ; je me rappelle ici d’une femme âgée et très pauvre qui a donné son unique brique de lait à une voisine qui avait faim ; d’une femme avec deux filles étudiantes et qui travaillait à la journée, donnant de l’eau durant des années à un voisin qui n’en avait pas, allant lui porter à manger ce qu’elle avait fait pour sa famille ou l’invitant à sa table ; ce sont de belles histoires d’amour que seul le Seigneur connaît.
 
Il y a aujourd’hui de nombreuses familles à qui je rends visite pour prendre leur tension, si elles en ont besoin, ce qui me donne la possibilité d’entrer dans beaucoup de maisons et de faire avec elles un chemin. Nous parlons, j’écoute leurs confidences, nous prions, j’apporte la Communion à beaucoup d’entre eux chaque semaine, j’accompagne des malades en phase terminale dans cette ultime étape, dans une perspective d’espérance, celle d’aller à la rencontre d’un Dieu d’amour et de miséricorde, là où St Jean nous dit que Jésus est allé nous préparer une place.
 
Avec l’âge, nos fragilités, et tout ce que la vie nous apporte en plus, nous devenons plus sensibles aux problèmes des autres, notre regard va plus loin, peut-être vers l’essentiel. J’essaie aujourd’hui de partager davantage ma foi et mon espérance, de donner du temps pour cultiver l’amitié, de donner le ‘baiser de Dieu’ à de nombreuses personnes qui manquent d’affection, de dire avec des paroles et par des gestes que notre Dieu est tendresse, miséricorde et proximité : Lui qui est Père et Mère, Il nous regarde avec affection, Il nous écoute et Il libère, à travers des gestes concrets, ceux qu’il nous envoie sur ce chemin vers la maison du Père. 
En tant que bénévole à l’hôpital, je vis des moments de prière et de découverte de la foi profonde de nombreux malades qui vivent dans une grande intimité avec le Seigneur de la Vie. Certains demandent chaque jour la Communion, en plus de tous ceux qui communient le dimanche.
 
Pour quelques familles et des employées nous sommes aussi messagères de la présence de Dieu qui les aide dans leur travail pour bien soigner les malades.
Je pense que notre mission peut toujours changer mais qu’elle continue, si nous restons attentives à être un signe de la présence de Dieu dans le monde à travers tous les temps.
 
Marie Adelaïde 
Communauté de Vila Nova de Gaia
01/06/2015
Enregistrer au format PDF Imprimer l'article envoyer l'article par mail envoyer par mail
> Tous les articles remonter Remonter