Partage de notre mission à Vilar de Andorinho / Gaia - Portugal

Travail en réseau
 
Nous avons conscience que nous avons été et sommes envoyées dans ce lieu précis pour y annoncer la Bonne Nouvelle du Royaume.
 
Notre mission peut être considérée sous différentes formes et selon des perspectives diverses mais il nous paraît important de vous partager certaines des facettes ou des formes qui nous permettent d’être signe ensemble et avec ce peuple. 
 
Faire partie d’un réseau est une de ces facettes, elle nous a été proposée par les diverses organisations qui travaillent au service de la population ; particulièrement par l’assemblée paroissiale qui réunit une fois par mois, tous les représentants des partenaires sociaux de la zone tels les assistantes sociales des différentes organisations, les professeurs des diverses écoles, les polices de la Sécurité publique qui patrouillent et assurent la sécurité des enfants, des personnes âgées et des femmes maltraités en famille. On y rencontre aussi des psychologues, une déléguée de l’assemblée de paroisse travaillant à l’Action Sociale, un membre du conseil municipal, une représentante de l’assistance aux émigrés et plusieurs personnes qui agissent dans différents groupes et travaillent avec les jeunes, les enfants et les personnes âgées de la zone. L’une de nous représente dans ce groupe les Petites Sœurs de l’Assomption.
 
Les réunions mettent en lumière les problèmes, les carences et les difficultés des familles et des individus que nous contactons et avec qui nous travaillons.
 
Ces rencontres et ces contacts sont une richesse pour nous, pour les familles et pour le groupe, parce que nous donnons et recevons mutuellement les uns des autres. Dans les réunions nous prenons connaissance de ce que chaque institution réalise, des besoins réels des personnes et de la manière par laquelle nous pourrons répondre.
 
Nous demandons très souvent de l’aide aux institutions et nous sommes généralement exaucées, mais cela exige aussi que, à travers notre action auprès des personnes, dans les visites à domicile, nous voyons concrètement les besoins et la réponse qui conviendrait pour chaque cas.
 
Cela nous amène à connaître davantage les familles, à les accompagner et à partager avec d’autres « les joies et les tristesses » de nombreuses personnes qui vivent dans cette paroisse, spécialement dans le quartier de Vila d’Este où nous résidons.
 
Une autre occasion de travailler en réseau nous est donnée par notre présence à l’Hôpital Santos Silva, l’une comme Assistante spirituelle et l’autre comme volontaire de l’aumônerie. Partant des malades et de leurs familles nous rejoignons aussi les professionnels de la santé. Ces liens et le travail réalisé avec le groupe de Pastorale de la santé, sont une aide pour nous dans cette activité, en plus de la joie, du partage et de l’amitié qui nous unit.
 
Nous nous sentons très heureuses de pouvoir continuer à réaliser notre mission avec des laïcs (beaucoup de femmes et quelques hommes) qui partagent leur vie avec ceux qui sont les plus nécessiteux.
 
M. Adelaide
 
Pèlerinage des Malades et Handicapés
 
L’équipe de Pastorale de la Santé de la Paroisse que nous avons lancée un an après notre arrivée ici compte actuellement 30 membres, ils rendent des visites à domicile, à l’hôpital et organisent tous les ans la ‘Journée du malade’ 
Nous avons été invitées cette année à partager notre expérience au plan diocésain et à faire partie de la commission de préparation au pèlerinage diocésain, pour le Grand Porto.
 
Je rêvais depuis longtemps que ce pèlerinage ait lieu dans le Pavillon des sports de notre quartier pour que celui-ci ne soit plus stigmatisé, en effet il le mérite et il s’y trouve de nombreux habitants capables de s’unir pour une cause noble telle la rencontre de 2500 personnes fragilisées, en présence de notre Evêque.
 
Les multiples réunions pour faire passer l’information et accompagner le projet nous ont été facilitées par le travail en réseau qui aidait à créer la communion avec ces personnes et à reconnaître que, selon leurs capacités, elles ont toujours quelque chose à partager.
 
La célébration a eu lieu le dimanche de la Pentecôte dans l’après-midi et s’est terminée par le cantique suivant de consécration à Notre Dame.
 
« Notre Dame, ma mère, je me consacre tout entier à vous. 
Vous êtes ma mère et je suis à vous, 
Mon cœur vous appartient, Mère de Jésus,
Je me consacre à votre amour qui gagne surpasse tout.
 
Des larmes d’émotion et de supplication coulaient sur les visages des handicapés et des mères des nombreux enfants en fauteuil roulant, de tous ceux que nous aimons avec tendresse de même sûrement que Dieu qui est ‘Père et Mère’.
 
Inauguration de l’Eglise de la Sainte Famille
 
« L’homme/la femme rêve, Dieu veut, l’œuvre naît » (Antero de Quental)
 
De longue date, c’est-à-dire depuis 1986, naissance de notre quartier avec à peine 30 ou 40 familles, deux femmes qui demeurent ici, l’une qui a une sœur cambodgienne, Mme Ricardina, et l’autre qui était catéchiste Mme Ana Bandeira, s’interrogeaient : « Il manque ici quelque chose de religieux ».
 
Avec l’aide du Père Floro, curé à l’époque, on a commencé à célébrer l’Eucharistie dans un garage le dimanche des Rameaux de cette année-là avec une participation de 20 chrétiens. Passant d’un local provisoire à un autre, la communauté augmentait. La catéchèse qui avait commencé chez les deux catéchistes, continuait avec toujours davantage d’enfants ! Quand on a obtenu l’espace actuel, on a fait plusieurs classes de catéchèse et une salle polyvalente qui a été notre Eglise depuis 20 ans.
 
Mais nous rêvions toujours d’un lieu large et digne, car Vila d’Este méritait beaucoup mieux ! Et voici qu’en cette année internationale de la Famille, après l’effort ardu de nombreuses personnes, y compris notre curé, nous avons une église neuve avec 500 places assises, un espace pour accueillir tous ceux qui sont disposés à suivre Jésus, à recevoir sa Parole, à partager quelque chose avec leurs frères et à construire la fraternité et la communion, dans une population qui compte actuellement 17.000 habitants.
 
Trois décades de gestation pour une œuvre qui est maintenant terminée ! Accouchement difficile après une gestation bien plus longue que souhaitée, mais après les douleurs de l’accouchement, la joie d’une œuvre qui est née. Merci à tous ceux qui ont cru, merci à tous ceux qui ont collaboré et collaboreront encore. Qu’à l’entour et à l’intérieur de ce nouvel espace sacré, la communauté continue à grandir et à célébrer sa foi en Celui qui est ressuscité et nous rassemble autour de Lui.
La Dédicace a eu lieu le 22 avril dans un vrai climat de fête et de joie. Cette église se trouve dans notre rue, en face même de notre appartement. Quelle joie pour nous qui avons comme priorité ‘la famille’, le grand vitrail que nous voyons est la scène de la ‘Fuite en Egypte’, nous rappelant que sur cette terre nous sommes des migrants qui espèrent. Sur la façade du presbytère, est représentée l’Ascension du Seigneur au côté de la silhouette d’une Croix vide, où l’ombre du Christ nous invite à Le suivre.
 
Dés l’entrée, la consécration de l’église de la Sainte Famille a été mise en valeur, 
lorsqu’ un couple de la communauté a présenté au Prélat la clef de l’église, geste chargé de symbolisme. 
 
Natalia 
 
26/07/2012
Enregistrer au format PDF Imprimer l'article envoyer l'article par mail envoyer par mail
> Tous les articles remonter Remonter