P. Alberto Camargo Cortés, prêtre diocésain Engativá : avec les Petites Soeurs, notre aventure missionnaire

Les Petites Sœurs alimentent tous les faits de leur mission en partant de l’église des pauvres

 1. Un peu d’histoire : Cela fait 26 ans que je connais les Petites Soeurs de l’Assomption. C’était en 1989 quand je suis arrivé comme curé à la paroisse Santo Toribio de Mogrovejo, dans le secteur de Diana Turbay, Bogotá. Elles se trouvaient là, dans un des quartiers de la zone, environ six mois avant moi. Nous avons noué une véritable amitié. Elles ont ajouté immédiatement au travail qu’elles commençaient la proposition de pastorale paroissiale que nous étions en train de créer pour la paroisse étendue et très démunie d’alors en rassemblant six communautés religieuses féminines et masculines et un bon nombre de laïcs. 

Je peux assurer que dès ce moment-là nous avons commencé une aventure missionnaire, qui imprègne encore aujourd’hui notre mémoire et notre cœur. Un engagement de vie avec les pauvres, ouvert au dialogue avec les autres communautés religieuses et ayant une influence profonde sur le contexte humain, socio-culturel et religieux de ces quartiers de la périphérie du sud-est de la ville de Bogotá.
 
2. L’insertion des Petites sœurs : Au long de toutes ces années pendant lesquelles j’ai suivi de près leur vie religieuse insérée parmi les pauvres, j’ai observé leur profonde vocation à s’inculturer en vivant l’Evangile. Elles font avec minutie la connaissance et l’étude de la réalité, sont attentives à employer les moyens et à créer les conditions qui leur permettent une mise dans le contexte missionnaire objective, réaliste et très responsable en ce qui concerne les conditions de vie des gens. Leurs rencontres locales et régionales, et même plus larges, abordent cette ligne de conduite empreinte de responsabilité sociale et de contribution à l’amélioration de la qualité de vie des pauvres, et ce à partir de leur charisme.
 
3. Horizon théologique et pastoral : Les Petites Sœurs alimentent tous les faits de leur mission en partant de l’église des pauvres. Elles ont une formation théologique solide dans ce sens. Elles s’identifient avec la théologie de la Libération, qui a eu cours dans notre sous-continent d’Amérique Latine. Elles vibrent avec cette spiritualité et cette théologie qui ont inspiré des options de vie très claires, pleines de témoignages dans notre Amérique métissée.
 
Cette disposition théologique leur a permis d’être impliquée, d’accompagner et de soutenir les mouvements de femmes des communautés marginales, des collectifs sociaux, des jeunes et des familles, qui luttent pour le droit à la vie, à la ville, à un meilleur vivre en ville, par la revendication des causes humaines et sociales. Leur travail pour cette nouvelle conjoncture éthico-politique de Colombie en vue de la paix, est prometteur de constance, de pertinence et de patience comme le montre toujours leur mission qui passe par un généreux don d’elles-mêmes pour la cause du Royaume(Règne).
 
P. Alberto Camargo Cortés
Prêtre diocésain de Engat
17/04/2015
Enregistrer au format PDF Imprimer l'article envoyer l'article par mail envoyer par mail
> Tous les articles remonter Remonter