Noël à travers le monde : crèches et témoignages

Crèches de Madagascar, Tunisie, Portugal, Italie, Brésil, France... Noël est la fête de la famille

Voici quelques récits de fêtes de Noël de cette année, dans des pays où nous sommes en mission, avec des photos. Nous sommes heureuses de partager ces moments de joie profonde

 

MADAGASCAR :

Comme partout la perspective de la fête et sa préparation change l’ordre de notre quotidien et se ressent dans l’ambiance : la foule se presse au marché pour s’habiller de neuf, les familles s’affairent pour tuer porcs ou poulets…

Dans chaque paroisse ou district sont proposés des récollections, des moments pour vivre le sacrement de réconciliation, une neuvaine de préparation pour s’habiller le cœur et accueillir le Seigneur qui vient habiter parmi nous.
Chaque jour, enfants et jeunes participent aux répétitions pour préparer poèmes, chants et tableaux vivants de la veillée relatant la naissance de Jésus.
Fleurs à profusion, chants et gestes liturgiques chantent la gloire de Dieu.
Le 25, grande messe où chacun vient présenter son offrande à la crèche, puis repas familial nous rassemblent une nouvelle fois.
 
 

FRANCE :

 « Jésus, Marie et Joseph ont fait l’expérience de ce que signifie laisser sa propre terre et être migrants : menacés par la soif de pouvoir d’Hérode, ils ont été contraints de fuir et de se réfugier en Égypte (cf. Mt 2, 13-14). Mais le coeur maternel de Marie et le coeur prévenant de Joseph, Gardien de la Sainte Famille, ont toujours gardé la confiance que Dieu ne les abandonnerait jamais. Par leur intercession, que cette même certitude soit toujours ferme, dans le coeur du migrant et du réfugié ». Message du St Père pour la journée des migrants et des réfugiés 2014


“ Aujourd’hui, nous sommes témoins de tant de souffrances : migrations à cause de la violence, de la faim, de la peur, des attentats. Le rejet, la haine sont des menaces qui nous guettent.
Que la grâce de Noël éclaire notre regard pour discerner les germes de vie, les gestes de fraternité et que nous soyons des artisans de paix !” C’est ce que nous vous souhaitons.
Le Conseil International ANDA

 

BRESIL :

 

 

 PORTUGAL :

Les crèches traditionnelles au Portugal

A Noël au Portugal, il n’y a rien de plus traditionnel que la crèche. Elle fait la joie des petits et des grands, lorsqu’il faut aller cueillir de la mousse, monter la crèche, disposer les différentes figurines, et coucher l’enfant Jésus dans la paille.
De nos jours, on a tendance à tout acheter tout fait, et la mousse est peu à peu substituée par d’autres matériaux. Mais la crèche reste incontournable.
Au Portugal, ces traditions sont très anciennes (vers le XVIIème siècle). On la monte au début de l’Avent, sans la figurine de l’enfant Jésus, qui sera déposée la veille de Noël, après la messe de minuit. La crèche est démontée le lendemain de la fête des Rois.

Qu’elles soient petites ou grandes, avec peu ou beaucoup de figurines, avec ou sans mousse, la décoration des foyers n’est complète qu’avec cet élément religieux.
Dans la tradition portugaise, parmi les figurines que l’on place dans la crèche, en plus de la Sainte Famille (St Joseph, Marie et Jésus), des pasteurs avec quelques animaux, et des trois Rois Mages, on peut aussi trouver des personnages tels que le potier avec son tour, des lavandières, des membres d’une ferme folklorique et d’autres personnages typiques de la culture portugaise. Traditionnellement faits en argile, il en existe aussi en matériaux divers, allant du tissu à la porcelaine fine en passant par le bois. Il arrive que l’on fasse aussi des tableaux vivants, avec de vrais animaux et des personnes qui représentent la Sainte Famille.

Noël est la fête de la famille !
Les crèches sont exposées non seulement dans les églises, mais aussi chez les particuliers et même dans de nombreux lieux publics.

 

 

TUNISIE :

Noel 2015 demeure le jour de joie et de lumière !
La rencontre de l’humanité de Jésus accompagne nos routes chahutées et c’est dans ce compagnonnage que nous accueillons l’Emmanuel. Il comble toute attente du seul Sauveur et donne joie et paix profondes à partager autour de nous…

 

ITALIE :

La crèche napolitaine

La crèche napolitaine est une représentation de la Nativité dans le décor traditionnel de la ville de Naples au XVIIIème siècle.
La première crèche à Naples est mentionnée dans un document en 1025.
L’art napolitain de la confection de crèches s’est maintenu à travers les siècles pour devenir aujourd’hui l’une des traditions de Noël les plus solides et les plus suivies de la ville.

Bien connue à Naples, la fameuse rue des crèches, via San Gregorio Armeno, offre une vitrine de l’ensemble de l’artisanat local concernant les crèches. De plus, nombreux sont les musées, en ville ou non, (comme le musée San Martino ou le palais de Caserte) où sont exposées des scènes historiques partielles ou entières mettant en scène la Nativité.

A partir de 1640 les figurines conservent la tête et les membres en bois, mais elles sont confectionnées avec une armature en fil de fer recouverte d’étoupe, donnant ainsi à la statue plus de souplesse pour adopter facilement diverses poses. Vers la fin du XVIIème siècle, la théâtralité de la crèche napolitaine va naître, enrichie par la tendance à mélanger le sacré et le profane, à représenter dans chaque art le quotidien qui animait les places, les chemins et les rues. Apparaissent alors dans la crèche des personnages du peuple comme le nain, la femme au goitre, le mendiant, le tavernier, l’aubergiste, le cordonnier, en d’autres termes la représentation des humbles et des exclus : les personnes à travers lesquelles Jésus naît. Un fait particulièrement significatif fut l’ajout de ruines des temples grecs et romains pour souligner le triomphe du christianisme sur les ruines du paganisme, selon une iconographie déjà bien enracinée dans la peinture.

Au XVIIIème siècle, la crèche napolitaine a vécu son âge d’or, en sortant des églises où elle était l’objet de dévotion religieuse, pour entrer dans les demeures aristocratiques. Les nobles et les riches bourgeois rivalisaient d’imagination pour aménager des scénographies toujours plus recherchées. Giuseppe Sanmartino, sans doute le plus grand sculpteur napolitain du XVIIIème siècle, fut particulièrement habile pour modeler des figurines en terre cuite et fut à l’origine d’une véritable école des artistes de la crèche.

La scène s’éloigne progressivement du groupe de la sainte famille, et plus prosaïquement, on s’intéresse aux bergers, aux vendeurs ambulants, aux rois mages, à l’anatomie des animaux.

On pourrait presque dire que la crèche napolitaine a toujours été un vecteur d’identification de la « gente napolitaine » et de ce même réalisme qui a caractérisé les représentations théâtrales et les productions cinématographiques napolitaines.

De nos jours, la crèche « classique » napolitaine a encore évolué : on entend fréquemment parler de nouveaux et jeunes artistes qui ont modernisé cet art, en créant des crèches de plus en plus originales, des crèches miniatures, des crèches construites à l’intérieur d’une ampoule, d’une moule, d’une rose séchée, et même à l’intérieur d’une lentille ou sur une tête d’épingle, réalisant ainsi la crèche la plus petite au monde !

 

Place St Pierre de Rome :

 


CANADA

La boule argentée au centre de la Crèche nous dit : “PAix sur la Terre” Ce sont des personnages venus de France lors des Fondations

 

Crèche de Rosanna Monat artiste céramique québecoise

 

"Crèche Traditionnelle", "affectionnée" par les sœurs anciennes

25/01/2016
Enregistrer au format PDF Imprimer l'article envoyer l'article par mail envoyer par mail
> Tous les articles remonter Remonter