Mission Solidarité Têt au Vietnam

Quelques jours avant la fête du Têt les 20, 21 et 22 janvier 2017 nous partions en mission de solidarité dans la Région du Centre du Viet Nam ; religieux, religieuses de différentes congrégations (Augustins de l’Assomption, Oblates de l ’Assomption, PSA ; Amantes de la Croix et Filles de la Charité de Vinh) ainsi que quelques amis laïcs avec des jeunes garçons et filles des foyers d’étudiants de Saï Gon et le Père Paul Hung, initiateur du projet.

 

La Province du Centre a été choisie parce qu’en 2016 cette région a été gravement sinistrée par la pollution de la mer puis par les inondations de la saison des pluies. Bien sûr les familles pauvres ont été davantage touchées par ces catastrophes ; c’est donc pour elles que nous nous sommes mobilisées. Les Petites Sœurs du Territoire Belgique-France-Italie-Viet Nam ont répondu généreusement à l’appel lancé par notre communauté pour venir en aide à ces familles.

 
La pollution de la mer est liée aux déchets toxiques que l’aciérie « Formosa » (entreprise taïwanaise) a déversés dans la mer. Des millions de poissons sont morts, des pêcheurs ont perdu leur travail, la mer est toujours contaminée ainsi que les poissons restés vivants ; bon nombre de personnes ont ainsi perdu leur principale nourriture et quel avenir pour les habitants de cette province ?
Les inondations sont venues ajouter encore du malheur à la catastrophe de la mer : maisons submergées, récoltes perdues... les gens sont épuisés.
 
 
Nous avons conscience que le soutien ponctuel donné à l’occasion du Têt ne suffira pas pour certaines familles, c’est pourquoi nous voulons poursuivre le programme d’aide pour les réparations ou la construction de maisons, pour permettre à certains petits commerces d’avoir un capital et aussi pour donner des bourses à certains élèves travailleurs désirant continuer leurs études et dont les familles ne peuvent pas assumer la charge.
 
 
Avec ce que nous avions récolté nous avons pu aider 300 familles à Quang Binh, Ha Tinh et Nghe An. Parmi ces familles plusieurs n’étaient pas catholiques. Pour les jeunes catholiques présents le témoignage que toute personne est considérée par les chrétiens comme aimée de Dieu et reconnue par les disciples de Jésus comme frère et sœur à part entière est une ouverture pour leur vie .
 
 
Les visites aux familles se sont faites par groupe. D’abord nous souhaitions « la bonne fête » en donnant des denrées alimentaires de base (riz, huile, épices...). Ensuite nous pouvions parler un peu de la vie de la famille ; nous avons beaucoup écouté, leurs soucis et leur espérance. Nous avons admiré leur endurance et pour ceux qui croient en Dieu leur reconnaissance envers le Seigneur qui ne les abandonne pas. Si l’une ou l’autre famille avait un désir ou un projet précis il était noté pour pouvoir transmettre aux organisateurs et discerner ce qui pouvait être fait. 
Parmi les familles visitées nous avons pu rencontrer quelques membres des ethnies minoritaires* ; qui étaient dans un extrême dénuement.
 
Nous avons également donné aux personnes âgées ou malades ne pouvant se déplacer pour aller jusqu’ à leur église une « radio de la Parole de Dieu ». Cadeau précieux pour ces personnes isolées afin qu’elles gardent contact avec la vie et puissent continuer à nourrir leur foi.
 
Dans certains lieux nous avons pris contact avec la paroisse. Celle-ci avait une liste de personnes que nous pouvions rencontrer et des membres de la communauté paroissiale nous ont accompagnés dans ces familles. 
 
 
Le Viet Nam compte 54 ethnies. Une ethnie ( Kinh ) s’est beaucoup développée et a envahi peu à peu le pays en repoussant les autres dans les forêts ou les montagnes. Ces dernières ont plus de difficultés pour se développer.
 
Un des buts de cette forme de « mission » est de permettre aux jeunes de vivre une expérience en proximité avec les gens pauvres. Ainsi les jeunes peuvent-ils découvrir les valeurs de ces personnes et en tirer un enseignement pour leur propre vie. En apprenant à recevoir des pauvres, à les estimer, ils pourront donner sans condescendance ni pitié mais offrir fraternellement ce dont la vie les a gratifiés, sans qu’ils y soient pour rien.
 
 
Cette expérience d’Église en inter-congrégations et inter-générations a été pour tous un temps fort du Têt. Ces différentes rencontres ont été un appel : tout recevoir comme un don ; savoir être reconnaissants envers notre Père qui nous donne en abondance « notre pain quotidien ». Pour nous Petites Sœurs c’est aussi nous souvenir que c’est auprès des personnes appauvries que le Christ nous envoie. Par notre règle de vie le Christ nous invite à être cohérentes avec les exigences évangéliques et le respect de ce peuple avec lequel nous vivons et que nous apprenons à aimer comme des frères et sœurs.
 
                  Sr Minh et Sr Colette
Communauté de Dong Hoa
 
29/05/2017
Enregistrer au format PDF Imprimer l'article envoyer l'article par mail envoyer par mail
> Tous les articles remonter Remonter