Les Petites Soeurs de Conflans Ste Honorine - témoignage de vie

La communauté des Petites Soeurs de Conflans Sainte Honorine vient aujourd’hui vous présenter quelques aspects de sa vie

Conflans ; banlieue Ouest de Paris, petite ville bourgeoise située au bord de la Seine, et grand centre de la Batellerie ; sa spécialité est d’être le port d’attache de nombreuses péniches dites : « à quai ». L’une d’elle est depuis longtemps la « paroisse fluviale » où aiment se retrouver les bateliers pour les baptêmes, les Mariages, les enterrements mais aussi pour l’Eucharistie dominicale. C’était aussi leur service social, « l’entre aide batelière »
 
Mais depuis une trentaine d’années, sous l’impulsion de plusieurs prêtres attentifs aux plus démunis, la priorité de cette péniche est devenue l’accueil des personnes en détresse : jeunes aux parcours compliqués, demandeurs d’asile, personnes sans papiers, femmes seules ou avec jeunes enfants, célibataires avec des fragilités psychiques… Trois autres péniches se sont adjointes au bateau initial, le « Je Sers ». Toutes ces péniches permettent d’héberger une cinquantaine de personnes et d’en accueillir bien d’autres, pour des démarches administratives et/ou un repas, tout ceci sous la houlette d’une communauté Assomptionniste, y vivant à plein temps.
 
Depuis 2009, à proximité, une communauté de Petites Sœurs de l’Assomption a été envoyée à Conflans à leur demande, pour participer à cette mission d’accueil et d’hébergement. Nous y sommes trois actuellement ; pour nous cette mission au « Je Sers » est le lieu d’une grande proximité avec des personnes au parcours douloureux, plus ou moins en quête d’autonomie, originaires de pays divers : l’Afrique subsaharienne, l’Arménie le Maghreb, le Tibet… C’est pour nous le lieu d’une présence toujours dans l’imprévu, la disponibilité, la répétition des tâches ou l’accueil de l’inattendu.
 
C’est aussi le lieu d’un travail en commun avec les nombreux bénévoles qui interviennent : qui pour distribuer du café, qui pour s’occuper des enfants, qui pour l’aide aux devoirs ou pour conduire les camions et collecter la nourriture auprès des grandes surfaces commerciales, qui pour s’occuper des démarches administratives ou pour l’apprentissage du Français…etc. C’est aussi un lieu de partage des tâches avec les accueillis qui assurent le travail pratique de cuisine, pour tous (50 à 80 personnes selon les moments), l’entretien des bateaux.
 
Des jeunes viennent souvent y apporter leur contribution : jeunes en service civique (un an au service d’un travail d’utilité sociale) en action citoyenne (une semaine), des stagiaires, des volontaires… Pour nous Petites Soeurs, c’est une grande chance : être plus proches des jeunes, dans le même service et la même attention à chacun, découvrir leur dynamisme, leur générosité, la culture propre à leur génération…
 
Le cœur de cette présence et de toute cette activité est signifié par la prière quotidienne dans la chapelle du « Je Sers », que les Pères de l’Assomption ouvrent à tous ceux qui le veulent ; Ces moments respectés par tous, chrétiens, musulmans, bouddhistes et autres, structurent la vie quotidienne au bateau et permettent malgré les à-coups, de créer un esprit de famille, d’entre aide et nous stimulent dans notre vie religieuse apostolique de Petite Soeur, invitées par nos fondateurs à être présentes « aux pauvres, aux délaissés, aux rebutés, aux déshérités, à nos frères ».
06/01/2014
Enregistrer au format PDF Imprimer l'article envoyer l'article par mail envoyer par mail
> Tous les articles remonter Remonter