La vocation de Sr Louisette, première Petite Soeur malgache

Soeur Louisette a senti très jeune l’appel de la vie religieuse. Elle raconte la recherche et le cheminement spirituel qui l’ont menée à son engagement définitif chez les Petites Soeurs de l’Assomption, en avril dernier.

Je suis née en 1972 à Fianarantsoa, sur le plateau de l’île de Madagascar, dans la partie sud. A l’âge de 6 ans je commence le cours de catéchisme chez les sœurs Réparatrices, je suis vraiment une petite débutante dans la pratique de la foi ! Après le cours, en arrivant à la maison je dis à ma maman : « quand je serai grande je rentrerai dans la vie religieuse ». Ce premier désir, qui était ma première vocation, a bien grandi en moi.
Après ma 1ère communion et ma confirmation, je décide de chercher une congrégation qui puisse m’aider à répondre à l’appel du Christ à le suivre dans la vie religieuse.
Pendant plusieurs mois, je cherche donc un chemin pour donner sens à ma vie. Avec l’aide du curé de ma Paroisse, je me renseigne auprès de plusieurs congrégations, pour apaiser ma soif.
 
En écoutant la présentation de la vie de quelques congrégations - Fondateurs, charisme, activités - et guidée par une sœur, je perçois un souffle intérieur qui me fait signe : avancer ? reculer ? hésiter sur ma décision ?
 
Dieu m’attend chez les Petites Soeurs
En 1999, je frappe à la porte des Petites Sœurs de l’Assomption de Sahalava-Fianarantsoa. Cette congrégation répond en grande partie à ma recherche. Je crois que Dieu m’attend là pour me donner à boire et désaltérer ma soif à la source de son Amour.
Il est toujours difficile de préciser certaines choses de la vie de foi et de l’appel car c’est l’œuvre du Saint-Esprit : un Don de Dieu. Comme le Seigneur lui-même disait à ses disciples : « ce n’est pas vous qui m’avez choisi, mais c’est moi qui vous ai choisis ». Je suis seulement une servante qui essaie de répondre à son Amour et poursuit son chemin vers le Père.
Je peux vous partager que la congrégation des Petites Sœurs de l’Assomption m’a plu, dès ma première visite. Elle répond en grande partie à ce que je cherche, à la fois consciemment et inconsciemment. D’abord par ce qui est extérieur et qui attire mon attention : sa manière d’être et d’agir avec simplicité au milieu du quartier, avec les gens, au contact direct de différentes couches de la population. Et aussi en même temps par ce qui vient de l’intérieur, le charisme : « Procurer la Gloire de Dieu par le Salut des Pauvres et des Petits », en manifestant l’Amour du Père par les gestes simples de la vie quotidienne avec les familles du quartier, en se basant bien sûr, sur la lumière de la Parole de Dieu.
 
Le Père Pernet, notre fondateur, nous disait : « Que vos Actes parlent Jésus Christ. » (...) « En LUI, Vie et Mission ne font qu’un ».
 
L’apprentissage d’une vie donnée
Puis les étapes s’enchaînent à partir de 1999 : l’aspirat, le postulat et le noviciat, pour parvenir à la découverte que c’est vraiment dans cette congrégation que je peux suivre le Seigneur.
Parmi ces étapes, l’une d’entre elles fut la plus importante pour approfondir et pour discerner sérieusement : le noviciat. En 2004, je prononce mes premiers vœux. Dans la confiance en Dieu et en accord avec Sa volonté, je peux dire que c’est ici ma place.
 
Sept années et demie pour grandir et mûrir dans la foi, l’amour et l’espérance, en avançant à l’aide de l’Eucharistie, de recollections, de retraites, des événements quotidiens, de temps de prière individuelle, communautaire, et d’un accompagnement. Vivre les premiers vœux, c’est l’apprentissage lent et patient - mais fécond - d’une vie donnée.
Cette année, au mois d’avril, enveloppée de toute la lumière de la tendresse de Dieu, je m’engage définitivement dans la Congrégation comme Petite Sœur, la première malgache. C’est l’engagement de toute ma vie, en communauté avec d’autres, témoin de la foi à la manière des disciples. Quelle fête ce jour-là à Sahalava ! La paroisse, les gens du quartier, nos collaborateurs et collaboratrices, des représentantes des Congrégations religieuses, la famille de l’Assomption, et ma propre famille : tous sont au rendez-vous pour manifester leur communion, leur union et leur joie dans la foi, l’amour et l’espérance en la Sainte-Trinité. 
 
Donner et recevoir
Aujourd’hui, je continue à avancer comme Petite Soeur, en cherchant à répondre à la volonté de Dieu au coeur de ma vocation. 
 
Ma mission actuelle est d’être « responsable du suivi nutritionnel » chez les Petites Soeurs de l’Assomption. Celui-ci accueille chaque année une vingtaine d’enfants de 6 mois à 2 ans, venant de familles en difficulté de nos quartiers. Nous les nous voyons tous les jours, en collaboration continue avec le médecin. Les 15 enfants ayant un suivi plus intensif y prennent repas complet deux fois par semaine. Cinq autres enfants s’ajoutent aux premiers pour profiter de la distribution de lait et de vitamines le matin de 7h30 à 8h30. 
Nous proposons aussi une formation donnée aux mamans concernant la santé, la propreté et l’hygiène et leur montrons comment suivre l’évolution du poids de leur enfant en utilisant une fiche individuelle.
 
C’est toujours avec le Christ, par Lui et pour Lui que, dans cette approche de la famille j’essaie de me donner pleinement dans un projet de vie tournée vers les autres et vers Dieu, qui me permet de donner et aussi de recevoir.
 
Ma prière :
Père Tout Puissant, je te rends grâce pour ton Amour et ton appel.
Jésus ressuscité, merci de ton aide qui me permet de ne pas être sourde aux oreilles de mon cœur et de te suivre.
Saint Esprit de vie, merci pour ton souffle qui m’oriente sur le bon chemin tracé pour moi, précédée par nos Fondateurs : P. Etienne. Pernet et Antoinette Fage.
 
Soeur Louisette, communauté de Madagascar
03/12/2012
Enregistrer au format PDF Imprimer l'article envoyer l'article par mail envoyer par mail
> Tous les articles remonter Remonter