La famille de l’Assomption et Diaconia 2013

Celle-ci a été impulsée par l’Église de France, elle mobilisera au fur et à mesure des mois les diocèses et les Mouvements. Dès aujourd’hui, nous voyons ce mouvement de DIACONIA 2013 prendre visage, la famille de l’Assomption y apporte son regard, son dynamisme. Nous croyons qu’il y a là un appel particulier de l’Esprit : Partager notre Passion du ROYAUME par l’unité d’une recherche commune, à travers la diversité de nos approches.

Une petite équipe formée des membres de chacune de nos Commissions : sœurs, frères et laïcs, soutenue par nos Congrégations respectives et en lien avec la Coordination nationale, est déléguée pour avancer ensemble dans ce mouvement. 
 
En septembre 2011, tous sont invités à partir d’un questionnaire à faire un état des lieux des situations de fragilité, des gestes de solidarité, d’hospitalité qui sont pour eux signes du Royaume. Le 31 mars 2012 dans la crypte de l’église Notre Dame du travail à Paris, les différentes familles de l’Assomption, laïcs associés d’une manière ou d’une autre, soit une soixantaine de personnes venant d’Ile de France, mais aussi de Lyon, Nîmes et Lourdes… se sont retrouvés pour mettre en commun leur regard sur le Royaume de Dieu, Royaume en croissance. 
 
Les présentations étaient variées. Sur des étoiles de mer à partir d’un conte pour les Religieuses, d’un diaporama pour les Oblates, d’arbres pour les Pères, de feuilles fixées aux arbres pour les Orantes et d’un grand cube pour les PSA.
Les communautés des PSA ont été nombreuses à apporter leur contribution en répondant au questionnaire. Leurs réponses ont été synthétisées autour du texte de Saint Marc 4, 26 à 29 :« Il en est du Royaume de Dieu comme d’un homme qui jette la semence en terre : qu’il dorme ou qu’il soit debout, la nuit et le jour, la semence germe et grandit, il ne sait comment. D’elle-même la terre produit d’abord l’herbe, puis l’épi, enfin le blé plein l’épi. Et dès que le blé est mûr, on y met la faucille car c’est le temps de la moisson… ». 
 
Les réponses étaient visualisées sur les faces du cube. Les semences représentées par les gestes individuels de solidarité, la semence qui germe et grandit par les actions avec d’autres et le blé plein l’épi par les actions plus collectives avec des associations, Mouvements…Une face présentait notre charisme spécifique de PSA. Elle était illustrée par le témoignage d’une communauté et de la Fraternité. L’après-midi a été l’occasion d’un échange fraternel, introduit par Jacques Nieuviarts sur la Visitation. La remontée des échanges s’est faite sous forme de pas à faire ensemble, au cours de l’Eucharistie qui clôturait la journée.
 
On peut noter certains d’entre eux :
  • Continuer en inter assomption à partager ce qui est vécu par chacun et monter des actions communes.
  • Oser inviter à de nouvelles rencontres avec les personnes avec lesquelles nous partageons déjà.
  • Avancer avec d’autres cultures, religions… Reconnaître l’Esprit à l’œuvre ?
  • Valoriser ce que disent et font les plus fragiles
  • Répondre ensemble à des besoins nouveaux 
  • Vivre un projet commun avec des personnes en situation de précarité. 
Tous les participants ont apprécié cette journée, vécue comme une expérience de communion.