Fraternité de San Basilio

C’est la force de la foi et de la prière qui me soutient

Ce sont nos frères de la Fraternité qui devraient normalement vous écrire, mais ils ne sont pas très habitués à prendre la plume ; aussi pour ne pas les mettre dans l’embarras, nous les présenterons à leur place. Cela fait deux ans qu’ils font route avec nous, sur un chemin fait de fidélité, de gestes, de choix, qui les a conduits à une plus grande connaissance de leur foi, et au renouvellement de leurs engagements baptismaux en 2008, ce qui était le projet et le rêve du Père Pernet. Il y a entre eux une grande solidarité et amitié. En plus des moments que nous vivons ensemble (rencontres tous les quinze jours, journées de retraite, préparation de la liturgie), nous découvrons avec plaisir qu’ils se retrouvent aussi pour des problèmes et intérêts communs, ou simplement par plaisir d’être ensemble. A partir de l’année 2000, en participant aux rencontres internationales, ils ont fait connaissance avec les fraternités de France et de Belgique. Il est gratifiant de voir comment, dans ces assemblées, ils se cherchent et se comprennent même sans connaître la langue de l’autre. Nous vous présentons quelques-uns d’entre eux :
  • Luciana et Alfredo sont parmi les premiers. Ils ont trois enfants et Serghei, un garçon biélorusse qui est originaire de Tchernobyl…. Ils travaillent à la Croix Rouge italienne ; Alfredo a toujours été très impliqué au niveau social. Il est à la retraite depuis janvier. Nous pensions que maintenant, il allait avoir plus de temps libre, mais il continue à être très occupé…
  • Lamberto et Angela : ils ont plusieurs enfants et petits-enfants dont ils s’occupent. Lamberto est un bon menuisier. Dès que quelqu’un a besoin qu’un petit travail soit fait, il est toujours disponible, et souvent il ne fait pas payer. Angela est une amie de Rosina, qui est aujourd’hui veuve. Elles se tiennent très souvent compagnie, elles aiment voyager ensemble et vont à toutes les réunions.
  • Emanuele et Ermanno : c’est un couple de la seconde génération de la fraternité. Ils ont deux enfants : Paolo et Emanuele, très gais et actifs… Mais quand ils participent à nos rencontres, ils sont très calmes. Ermanno est notre expert en ordinateurs, et comme il est très disponible, nous le « dérangeons » souvent. 
  • Fiorella : elle et son mari ont une boulangerie, un travail très dur. Elle travaille de jour, et lui de nuit. Fiorella n’a pas une bonne santé, cependant un samedi elle a invité une quinzaine de personnes de la fraternité pour un bon repas chez elle.
  • Lilia et Sergio : Lilia a une santé fragile. L’année dernière, son mari a eu un grave accident où il a presque perdu la main. Son frère a une pathologie (cardiopathie) qui l’empêche de vivre seul et Lilia l’a recueilli chez elle. Sa fille attend son second enfant, elle va souvent chez ses parents avec son aîné et son mari. A Noël, son fils aîné Amadeo a fait une chute d’une centaine de mètres lors d’une escalade. Le croiriez-vous : il s’est cassé les bras, les jambes, la colonne vertébrale, mais il a été sauvé miraculeusement. Lilia vit la situation avec sérénité et elle dit : « c’est la force de la foi et de la prière qui me soutient ». 
 
Dans notre fraternité, il y a un bon nombre de veuves (les femmes survivent aux hommes). Nuit, froid, pluie, rien ne les arrête, elles sont toujours les premières à arriver aux rencontres, et ponctuellement elles offrent leurs services pour les enfants de El Minia, un projet que la fraternité a accueilli en 2001. 

Communauté de San Basilio, Rome, Italie
25/06/2012
Enregistrer au format PDF Imprimer l'article envoyer l'article par mail envoyer par mail
> Tous les articles remonter Remonter