Espagne-Sarria “Elargir l’horizon de nos communautés”

Notre communauté de sœurs aînées et fragiles a un Projet Apostolique Communautaire dont l’objectif est de « continuer à construire notre communauté fraternelle, entre nous et avec ceux qui nous entourent, en vivant un esprit évangélique avec sérénité et tendresse ».

      Ces derniers temps, nous avons ouvert notre communauté à quelques personnes laïques âgées (la plupart étant des parents proches des sœurs) pour partager notre vie fraternelle, de prière, et d’accueil. C’est une façon d’apprendre le « vivre ensemble », en apportant un plus à la « relation » qui nous enrichit mutuellement.
Dernièrement, Emiliana Medina est venue vivre avec nous : c’est une Anda, âgée et de santé fragile. 
      De même, pendant les grandes vacances, plusieurs religieuses du cloître - des Carmélites déchaussées - ont partagé notre vie de prière et de fraternité, et l’expérience fut merveilleuse pour nous toutes.
Tout ceci nous conduit à vivre « ensemble avec d’autres » les mêmes difficultés, les limites, les joies, les fêtes…. Nous sommes vraiment heureuses de cette expérience, et nous apprenons beaucoup de toute cette vie partagée avec les laïques et les religieuses. C’est une façon d’ « élargir l’espace de notre tente et de notre cœur ». 
 
     Notre propriété comporte aussi une petite maison baptisée « Esteban Pernet » et depuis 2010, environ 20 enfants de 4 à 16 ans y vivent avec leurs éducateurs. C’est un projet qui est géré et financé par la Généralité de Catalogne. Ces enfants vivent et souffrent des problèmes de leurs parents. Dans ce centre d’accueil ils trouvent de la tendresse, de l’attention et un accompagnement.
 
     Depuis 2013, toujours dans notre propriété de Sarriá où nous vivons, il existe un Projet de formation technico-pratique de jardinerie et d’horticulture pour les immigrés « sans-papiers » ; il est géré par une Fondation sans but lucratif soutenue par plusieurs Congrégations religieuses ; récemment ce sont les Piaristes qui l’ont pris à leur charge, et cela nous permet d’entretenir le jardin et d’être solidaires avec les plus appauvris. La cueillette et la vente des légumes est un moyen de subsistance pour ceux qui vivent dans des appartements partagés. Nous sommes bien contentes que l’eau et la terre cultivée puissent profiter à quelqu’un et qu’elle donne du « fruit » qui est partagé avec ceux qui en ont le plus besoin. 
 
           A la suite d’une demande de l’URC (Union des religieux de Catalogne) faite aux Congrégations religieuses et répondant aux appels du Pape François face à l’urgence de rendre disponibles nos maisons à l’accueil des réfugiés, nous avons répondu à cet appel, faisant écho à l’Evangile « j’étais étranger et tu m’as accueilli », et nous avons décidé d’opter pour cette collaboration à notre niveau.
A Sarriá, à côté de notre communauté, il y a une autre petite maison que nous appelons « Madre María de Jesús » : à une époque y vivait une communauté de Petites Sœurs et plus tard, elle a servi pour loger les sœurs en retraite ou en repos, pour des assemblées, etc… Nous leur avons offert cette petite maison.
 
 
Depuis le 1er novembre 2015, environ 18 réfugiés y vivent, venant de différents pays. Ils y restent pour une période de six mois, le temps de régler leurs papiers, d’apprendre la langue, de trouver du travail et un lieu pour vivre. Ils sont accompagnés par une équipe de traducteurs, de psychologues etc. qui les aident à s’intégrer et à surmonter les différents traumatismes qu’ils ont subis. Ce Projet est géré par la CCEAR (Commission Catalane d’Aide aux Réfugiés)
 
 
.
Nous avons avec eux des relations de bon voisinage, nous partageons la même porte d’entrée, nous nous saluons, nous leur distribuons les lettres qui arrivent pour eux ou ils viennent eux-mêmes les chercher. Après un temps de réflexion et de dialogue, nous avons eu avec eux une rencontre fraternelle « universelle » pour les fêtes de Noël au cours desquelles nous avons partagé vie, nourriture et chants.
Deux femmes enceintes avec leurs époux ont été parmi les premières à arriver, et nous avons vu naître leurs bébés ; lorsque nous voyons la poussette passer dans notre jardin, cela nous remplit de joie et donne une dimension bien réelle à l’expression « refaire la Famille ».
 
       Récemment, les gens du CRAE (Centre de Mineurs) ont demandé à notre communauté s’ils pouvaient utiliser la cuisine pour faire du pain, et un boulanger venait leur apprendre comment faire. Des jeunes de 13 à 15 ans en ont profité pour nous poser un tas de questions…
Tout ceci apporte une nouvelle dimension missionnaire, et pour nous, dans notre âge avancé, c’est une joie de constater que notre propriété de Sarriá est impliquée dans ces 3 projets, qui en plus de nous donner de la vie, nous permettent d’en offrir.
Nous pouvons donc rendre grâce à Dieu pour notre communauté de Sarriá, car elle a un « sens » évangélique pour nous et pour tout ce monde qui « nous entoure ».
 
Sr Vicenta Boada
 
 
25/10/2017
Enregistrer au format PDF Imprimer l'article envoyer l'article par mail envoyer par mail
> Tous les articles remonter Remonter