Connaissez-vous l’histoire de la Congrégation à Lyon Guillotière ?

C’est en 1883 que le Père Pernet fonde la première Communauté sur le Quartier de la Guillotière. II en fondera 2 autres : la Croix Rousse1887-1960) puis Oullins (1895-1965).

L’évolution constante de la société, de l’Eglise et la rénovation des quartiers qui repousse les familles défavorisées aux périphéries des villes, modifient et transforment les modalités d’activités des Petites Soeurs qui créent une communauté en HLM en 1969 à Vaulx en Velin et un groupe de Soeurs ainées qui rejoint les Religieuses du Sacré-Cœur à la Roseraie (1974-2004). La communauté de la rue Nicolaï continuant ses activités. 
 
A la Guillotière, les immeubles anciens disparaissent petit à petit. Le quartier change, tout en gardant son caractère populaire, mais avec une population plus vieillissante et une forte présence d’immigrés de diverses origines. 

En 1997, la communauté du 11 rue Nicolaï disparaît, remplacée par celle du 27 rue Jules Brunard : immeuble moderne de 5 étages, vaste et très fonctionnel. Deux étages seront loués à une association (domicile collectif), une population, âgée très démunie ! 

Et, en mai 2012, le projet d’une communauté inter-congrégation prend corps. 
Qui sommes-nous ? Encore trop alertes pour rejoindre une Ephad ! Nous essayons de vivre dynamiques malgré nos âges dont la moyenne est de 83 ans. Nous sommes une pluralité de religieuses de 5 congrégations d’origines, de mentalités, d’histoires différentes : des Religieuses de l’Assomption, des Sœurs St Joseph, des Auxiliatrices du Clergé, des Sœurs du Prado. Tenez-vous bien, nous sommes 30 !! 
C’est toute une organisation assez bien réalisée et huilée pour que ce soit viable et même confortable pour chacune. Un espace respecté, et une certaine autonomie de mouvements, même si tout est relatif ! Un gérant homme assure l’organisation du quotidien. C’est une bien belle vie communautaire...
Un seul oratoire où, ensemble, la prière se dit journellement, qui nous fait rejoindre le monde. 
 
Un des Pères de la Mission Africaine, situé à côté de nous, vient célébrer l’Eucharistie. Chaque matin, quelques voisins se joignent. 
Les repas sont communs dans deux salles à manger et une fois par mois, nous nous retrouvons toutes dans grande salle commune où bien des choses se vivent : rencontres diverses, bibliothèque ouverte à toutes (mise en commun des livres), séances de projections, gymnastique, activités manuelles... 
C’est un lieu ouvert aussi à d’autres réunions de l’extérieur : ACAT, rencontres fraternelles. Certaines de l’intérieur participent. 
 
Un petit nombre parmi nous a des engagements extérieurs qui sont de réels apports très enrichissants et forts intéressant, nous aidant ainsi à nous sentir lyonnaises et bien dans le monde ! 
 
Ce qui se vit, c’est une participation de toutes : une Fraternité dans la diversité, avec l’écoute, le partage, les échanges au cours des repas partagés, des relectures d’Evangile et aussi les événements vécus par les unes les autres ; joies, peines, fêtes, comme dans une vie entre sœurs d’une même famille ! 
Avant de partir en congé, un ’message’ de notre gérant est venu nous conforter et réconforter dans ce vécu que nous essayons de vivre jour après jour : « Je n’ai pas souvent l’occasion de vous dire tout le plaisir de travailler parmi vous, de faire partie un peu de votre vie. Merci d’être des femmes de coeur, merci d’être fragiles et fortes... vous êtes tellement différentes et pourtant proches les unes des autres. 
 
Les Petites Soeurs de la Communauté de Lyon
24/10/2013
Enregistrer au format PDF Imprimer l'article envoyer l'article par mail envoyer par mail
> Tous les articles remonter Remonter