Communauté Pernet – Cali Colombie : Centre solidaire la Esperanza « Cesoles »

Sur le versant de Los Chorros, au sud-ouest de Cali (Colombie), deux Petites Sœurs ont décidé il y a seize ans de faire équipe afin d’œuvrer pour l’enfance et les familles de ce secteur populaire de la ville. Mues par notre Charisme assomptionniste, pour combattre le fléau de la pauvreté et le manque d’opportunités dont souffrent des centaines de familles qui sont arrivées ici, fuyant la campagne où la violence sévit et dont l’Etat s’est désintéressé. C’est ainsi qu’un groupe de femmes (Blanca, Margoth, Paola, Miriam, Martha, Isabel) s’est constitué, et après un bon laps de temps, nous avons donné une vie juridique à cette entité que nous avons appelée Centro Solidaridad la Esperanza – Cesoles.

2009
 
Dès le début, nous avons apporté un soutien direct aux femmes chefs de famille qui devaient sortir de chez elles pour aller travailler. Après une enquête, nous avons mis en place avec elles, dans leurs maisons minuscules, une garderie où les enfants pourraient rester pendant qu’elles travaillaient. Dans une autre maison, on a monté une cantine accueillant au départ 5 enfants qui s’y rendaient avant de partir pour l’école ; leur nombre a rapidement augmenté.
 
 
La population locale a accueilli très favorablement ces services, les demandes se faisaient de plus en plus nombreuses, ce qui nous a incitées à chercher des soutiens financiers externes pour consolider une équipe de travail constituée par les femmes du quartier, et peu à peu créer les conditions locatives adaptées à l’ensemble du secteur, répondant aux multiples besoins des enfants, avec des normes de qualité élevées.
 
Sur la base d’expériences antérieures avec les enfants, les Petites Sœurs ont essayé de réfléchir avec les femmes sur les principes ou « lois » auxquelles seraient soumises les personnes et qui détermineraient notre façon d’agir en tant qu’individus ou groupes sociaux. Les Principes ne sont ni négociables ni discutables. Ce sont nos normes internes et nos convictions de base sur la manière de régir correctement nos relations, que ce soit au sein de notre organisation ou avec les autres personnes et organisations. Les Valeurs sont les qualités qui se manifestent dans notre façon d’être et d’agir, et qui nous rendent agréables individuellement et avec les autres.
 
Les Principes et les Valeurs de CESOLES sont orientés vers une spiritualité chrétienne assomptionniste qui agit comme un catalyseur des actions. La vie est un don de la nature, elle est rendue possible par la force créatrice de Dieu Père et Mère, l’être humain étant à son image et à sa ressemblance, ouvert à la transcendance et à la relation avec les autres. 
 
Voici quels sont ces Principes :
  • La défense de la vie et la dignité humaine, dans une recherche de justice et d’équité. La vie est une option qui touche à tous les aspects de la personne : sa relation avec Dieu, avec elle-même, avec la communauté. Une vie sans violence, tolérante et respectueuse, dans le plein exercice de ses droits et devoirs.
  • La transformation sociale, en tant que finalité de la pratique. On part de ce qui est personnel en passant par le physique, le social, l’émotionnel, le culturel, le spirituel. L’idée est de donner à des personnes conscientes et convaincues de la validité de notre apport, les moyens de leur transformation personnelle, ainsi que celle du secteur, de la ville et du pays.
  • Tout ceci, nous voulons le vivre dans un esprit festif cultuel et en famille, avec la joie de progresser en communauté.
 
Par le biais des ateliers de formation organisés régulièrement, nous avons transmis progressivement ces principes et ces valeurs, surtout à l’équipe de travail, aux réunions avec les pères de famille, au groupe des enseignants et autres membres engagés de la communauté. En tant que Petites Sœurs, nous y mettons tout notre être et tout le savoir que nous avons reçu en grande partie de la Congrégation.
 
Dès les commencements, nous avons soutenu le Programme du Jardin « Creciendo Solidarios » pour une centaine d’enfants de 2 à 5 ans. Ces enfants sont accompagnés par un groupe d’enseignantes qui se sont qualifiées peu à peu. Comme elles sont du quartier ou du secteur, elles assurent une certaine stabilité professionnelle et ont un sentiment marqué d’appartenance. On offre aux enfants une éducation actualisée et qualifiée, une alimentation saine et équilibrée dans un climat de sécurité, qui est stimulant et affectueux pour chaque enfant, petit ou grand. Nous nous sommes engagées à soutenir leur développement humain et leur apprentissage, à respecter les différences individuelles, à les aider à apprendre à vivre en solidarité, à travailler ensemble et jouer de façon coopérative, à les encourager à avoir une conscience personnelle, à développer leurs capacités, l’estime de soi, la créativité, et le bien-être physique.
 
 
Actuellement, le Jardin Communautaire « grandir solidaires » est géré par Fundapre, un organisme de prestation de services de l’Etat qui garantit le fonctionnement du Jardin, en se chargeant de la rétribution des enseignants, de la nutrition et des services généraux. L’important est que ce personnel a été formé par nous, et qu’il assure l’éducation à partir de nos principes, il garantit la qualité de l’apprentissage et la conservation de notre identité, ce qui n’est pas toujours possible avec d’autres organismes.
 
Bibliothèque scolaire. Elle est proposée aux enfants qui passent du jardin d’enfant à l’école. Nous leur offrons une aide aux devoirs, un soutien en mathématiques et en espagnol, de la littérature pour enfants, l’Heure du conte, l’écriture créative, un atelier de deuxième langue (anglais) dans un climat qui leur offre affection et protection, sur le plan émotionnel, esthétique et social, où l’on stimule la spiritualité, la connaissance et le savoir, les langages expressifs, le jeu, le dialogue, la lecture et l’écriture, le respect des différences, l’amitié, la réconciliation par le pardon et l’action réparatrice.
 
 
 
Des ateliers artistiques « Terre féconde » le samedi matin et après-midi : ateliers de flûte, danse, percussion, instruments à cordes, l’objectif étant de constituer une école musicale, des activités ludiques et de récréation. Nous leur apportons de nouvelles possibilités et des alternatives par rapport à ce que leur offrent les bandes, les toxicomanes, les groupes violents et le trafic de drogue.
 
 
 
Actuellement, nous travaillons en plus avec un groupe de 15 pré-adolescents et 23 jeunes âgés de 15 à 23 ans, qui sont pour la plupart issus du « Jardin communautaire ». Travail difficile et que nous pouvons développer grâce à l’aide financière de Misean Cara et de professionnels de l’Université Catholique et en lien avec divers réseaux et institutions. Le but est de donner à tous ces groupes de jeunes (y compris aux formateurs), les moyens de mettre en place des activités de prévention relative aux problèmes qui touchent la population jeune et les empêchent de concevoir et de construire leur projet de vie en harmonie avec la communauté et dans un esprit de civisme.
 
 
 
Notre équipe de travail, constituée de femmes formidables, membres fondateurs pour la plupart, assume les différentes tâches de direction et de coordination des projets avec un sens de la responsabilité, du professionnalisme et de l’appartenance. Elles ont aussi une grande capacité de relation et d’accueil des enfants, des jeunes dans la communauté en général ; elles savent et aiment entrer en relation avec le personnel dirigeant des différentes institutions ; elles savent s’impliquer dans la pratique pédagogique, psychologique et culturelle, et elles valorisent les éléments qui forgent l’identité. Elles travaillent sans tensions et arrivent à consacrer du temps à leur famille. María, l’actuelle directrice, gère les ressources, fait des alliances avec des réseaux, avec d’autres institutions, lorsque nous ne sommes pas en mesure de répondre aux besoins particuliers des groupes. Tous les membres de l’équipe se sentent Laïques Assomptionnistes, même si elles ne le sont pas officiellement.
 
Les années passent et, avec elles, nous avons la satisfaction profonde de laisser une relève derrière nous (actuellement ce sont les enfants des fondatrices, en lien avec Cesoles) qui poursuit le travail, selon notre Charisme, et la spiritualité assomptionniste. 
 
Nous ne pouvons omettre de mentionner combien, durant ces 16 ans, nous avons vécu de près, de très près, les conséquences du conflit armé et de la cruelle guerre fratricide en Colombie. Ils sont nombreux les jeunes assassinés, blessés, les familles déplacées par la violence, par le trafic de drogue, par la recherche et l’obtention de l’argent facile, par la traite des personnes, l’abus sexuel des jeunes, les agressions dans les écoles etc.
 
Aujourd’hui à la veille de la signature d’un accord mettant fin à la guerre, et annonçant un cessez-le-feu de la part des FARC, nous ne pouvons que prier et nous engager personnellement et communautairement pour que cet événement historique advienne rapidement en Colombie. Travailler pour la paix, pour la tolérance, pour le pardon des nombreuses victimes, même si nous savons que les accords ne sont pas tout et que nous devons travailler intensément contre les forces politiques de pouvoir et de corruption, qui empêchent que les choses changent à fond. Mais nous continuerons à croire et à œuvrer ici et maintenant pour que dans nos familles, dans notre entourage, notre communauté de la Esperanza soit une communauté où nous puissions vivre la paix.
 
Nous remercions le Dieu de la vie et la Congrégation pour notre vocation de Petites Sœurs 
 
Nous désirons terminer ce partage avec l’invitation que nous fait le Pape François dans son exhortation apostolique « Evangelii Gaudium », la joie de l’Evangile, qui nous dit : 
« Dieu désire le bonheur de ses enfants […] il a créé toutes choses “afin que nous en jouissions” (1 Tm 6, 17), pour que tous puissent en jouir. […]
Une foi authentique […] implique toujours un profond désir de changer le monde, de transmettre des valeurs, de laisser quelque chose de meilleur après notre passage sur la terre. Nous aimons cette magnifique planète où Dieu nous a placés, et nous aimons l’humanité qui l’habite, avec tous ses drames et ses lassitudes, avec ses aspirations et ses espérances, avec ses valeurs et ses fragilités. La terre est notre maison commune et nous sommes tous frères. »
 
Communauté “Pernet-Cali”
Magdalena, Mercedes, Nora
04/10/2016
Enregistrer au format PDF Imprimer l'article envoyer l'article par mail envoyer par mail
> Tous les articles remonter Remonter