Communauté de Cebu aux Philippines : promotion des Vocations !

Nous vivons dans une société moderne et mondialisée, dans laquelle la promotion des vocations devient un défi. Il est si difficile d’attirer des jeunes femmes, étant donnée la pression exercée par la dynamique du changement, notamment dans le domaine des technologies. « Le mouvement de la sécularisation qui s’étend dans la culture contemporaine, n’épargne pas, hélas, les communautés religieuses. » 
 
Il y a eu deux évènements que j’aimerais partager avec vous et auxquels j’ai participé : tout d’abord, le Vocation Jamboree (la Fête des Vocations) qui a eu lieu à Cebu, et ensuite la 23ème Convention nationale des DVP (Directeurs des Vocations aux Philippines) qui s’est tenue à South Cotabato sur l’île de Mindanao aux Philippines. 
 
a) Le Vocation Jamboree : diocèse de Cebu 
 
Le Vocation Jamboree est l’un des nombreux biais par lequel on peut faire la promotion des vocations à Cebu. C’est un évènement annuel organisé par divers Directeurs des vocations aux Philippines : le Chapitre de Cebu. Il a eu lieu le 25 février, pendant le mois des vocations à Cebu. 
 
Le mois de la vocation / Etudiantes en infirmerie - Cebu
 
Après un temps de partage et de réflexion, nous avons présenté le thème : Jeunesse de Cebu : enracinée et fondée sur l’amour de Jésus (Eph. 3,17), un thème qui nous semblait propre à aider les jeunes à trouver Jésus dans une société moderne et mondialisée.
 
Le week-end était programmé d’une manière unique et originale. Tout était bien organisé, et même les étudiants et les jeunes professionnels ont exprimé combien ils avaient apprécié les différentes activités proposées par le système de rotation du manège. Chaque tour de manège durait une demi-heure. La première « destination » était une conférence sur les vocations. La deuxième était l’adoration. La troisième était la visite des stands des diverses organisations religieuses. La quatrième était le Rosaire. 
 
Plus tard, il y a eu un partage en petits groupes, où les délégués ont parlé de leurs vies et de leurs charismes. S’en est suivi la célébration de la messe avec différents évêques et prêtres. Puis, les discours de clôture, suivis par des danses de différents groupes de jeunes et de religieux.
 
Les activités ont été spectaculaires pour tout le monde, car l’évènement a rassemblé plus de 5000 jeunes, et plus de 70 Congrégations y ont participé. 
 
La préparation était loin d’être aisée. Il a fallu de nombreuses réunions, la diffusion d’informations et le suivi du projet. Cela nous a donné l’occasion d’être plus créatives pour mettre en place des activités qui auraient plus de sens pour nous et pour les jeunes. Cela a consolidé les amitiés, fortifié nos efforts de collaboration, touché nos cœurs et en fin de compte, élevé notre âme à Dieu. Plus encore, cela a laissé dans nos cœurs une empreinte de l’amour de Dieu et de sa générosité. 
 
Les jeunes ont beaucoup apprécié les trois activités du manège, et ils se sont impliqués avec cœur. La célébration eucharistique était vivante, et reflétait une foi profonde. 
 
Travail sur les vocations dans la communauté de Cebu
 
La communauté a vécu des évènements importants dans notre travail pour les vocations. Nous avons mis en place des récollections avec des jeunes femmes de 18 ans et plus, pendant notre après-midi de récollection. Dans ce groupe, nous écoutons avec beaucoup d’attention celles qui expriment leur attrait pour la vie religieuse. Nous continuons à les inviter à un « programme d’introspection ». C’est un partage un peu plus approfondi sur nous PSA. Nous avons voyagé hors de Cebu pour participer à diverses activités sur les vocations. Nous sommes allées dans d’autres provinces lorsque des jeunes femmes étaient intéressées pour en savoir plus sur les PSA. 
 
 
Entre autres, nous avons l’habitude d’accueillir chez nous des jeunes femmes qui veulent nous rendre visite ou rester deux jours, pour avoir un aperçu de la façon dont nous vivons en communauté. Nous prenons ensemble nos repas, prions, et partageons nos réflexions. Nous avons accueilli une jeune femme que j’ai rencontrée à Mindanao ; elle est venue chez nous, parce qu’elle voulait simplement faire notre connaissance. 
 
Dans ce travail pour les vocations, j’ai eu un certain nombre de difficultés. Je me rends compte qu’il faut beaucoup de temps, d’énergie et d’argent. Et aussi une bonne dose de patience et de compréhension. Il va falloir aussi que j’y apporte de la créativité. Cela motivera davantage les jeunes femmes et elles seront plus attirées par nous.
 
Dans le processus d’accompagnement, j’ai découvert certains problèmes qui ressortent du discernement fait par les jeunes femmes aux Philippines. L’une des valeurs les plus importantes aux Philippines est l’unité de la famille. C’est un obstacle qui empêche les jeunes femmes de s’engager, sachant qu’elles doivent aider leur famille. La question qui se pose est « pour combien de temps ? ». La pression de la jeunesse est aussi une autre barrière. Elles sont encore hésitantes et indécises. Tomber amoureuse fait aussi partie du chemin et elles doivent alors prendre une décision. 
 
Dans la réalité de notre ministère des vocations, il semble que nous ne sommes encore qu’aux prémices, que nous préparons le terrain, mais à présent la situation à un peu changé, et nous avons des « plants » qui sont prêts. Nous voyons maintenant des jeunes femmes qui sont intéressées. Cela prend du temps… 
 
b) 23ème Convention Nationale des DVP (Directeurs de Vocations aux Philippines)
 
La Convention nationale a lieu tous les deux ans et à différents endroits. Cette fois-ci, c’était à Notre Dame de Dadiangas University, à General Santos City, dans le diocèse de Marbel et de South Cotabato. C’était la 23ème Convention Nationale. Le thème était « Créer une culture qui témoigne et éveille des vocations dans l’Eglise locale ». L’objectif est d’apporter une approche pastorale globale à l’apostolat des promoteurs de vocations.
 
Convention DVP 
 
 
C’était une merveilleuse occasion pour Sr. Bernie et moi, qui participions pour la première fois à cette Convention. Il y avait 280 participants provenant de différentes congrégations, des évêques, des prêtres, des religieux et quelques promoteurs laïcs (ce sont en principe des jeunes femmes et hommes que les Congrégations emploient ou bien ce sont des bénévoles prêts à faire de la promotion des vocations au nom de la Congrégation).
Il y avait 5 conférenciers : 3 évêques, 1 prêtre, 1 laïque (Ambassador Henrietta De Villa)
 
Les conférenciers étaient excellents et ils ont abordé les sujets suivants :
 
  • Clarifier les valeurs, créer une culture des Vocations aux Philippines : considérer la culture comme un outil d’évangélisation. Les valeurs des cultures traditionnelles enrichissent l’évangile et bien évidemment, il y a un processus de sanctification et de transformation.
  • La Famille et les pratiques communautaires, reflets d’une culture des vocations. Cela met en évidence que la famille joue un rôle important dans notre vocation. La famille est l’église domestique qui est la première éducatrice.
  • La promotion des vocations en vivant la Spiritualité de la prêtrise diocésaine et en témoignant du Christ, le Bon Berger. Cela implique que la meilleure façon de promouvoir la vocation est d’être un bon témoin de Jésus, c’est-à-dire d’agir comme lui, de parler comme lui et de vivre sa vie. 
  • Un appel à une communion et à une collaboration plus profondes. L’accent est mis sur la communauté qui a besoin de travailler ensemble et de collaborer. Cette société postmoderne et mondialisée ne soutient pas la culture des vocations. Les changements affectent la société et il y a un besoin urgent d’avoir un esprit de communion. 
Les quatre jours m’ont aidée à réaliser que nous vivons dans une société qui est dynamique et non statique. La vocation est un chemin de vie dans lequel chacun recherche Jésus au quotidien. Aujourd’hui, la vocation est mieux comprise comme étant le résultat d’une dynamique, d’une relation continue entre Dieu et l’individu, un appel qui devient plus clair pour chacun à mesure qu’il/elle grandit dans la connaissance de soi et dans la prise de conscience qu’il/elle est unique et profondément aimé(e) de Dieu. 
 
Selon les termes du Pape Benoît XVI, « créer une culture des vocations, c’est créer des conditions pour des vocations. Nous devons créer un climat dans chaque aspect de la vie qui nourrira les vocations. » Il souligne que chacun se doit de magnifier la splendeur et la beauté de l’amour de Dieu, qui est la condition nécessaire et la source de cette sainte vocation ». 
 
Le fait d’être ici et d’accompagner plusieurs jeunes femmes m’offre plein de défis à relever. Leurs histoires personnelles comportent de nombreuses blessures qui doivent être guéries. Mon espoir est le suivant : Jésus se sert des personnes blessées pour délivrer son message. Cela me donne du courage pour ne pas perdre espoir et pour marcher côte à côte avec ces femmes. 
 
 
« Vocation, le don de l’amour de Dieu » (49ème journée mondiale de prière pour les vocations).
 
Enasi , Petite Soeur de l’Assomption, Communauté de Cebu
 
19/06/2012
Enregistrer au format PDF Imprimer l'article envoyer l'article par mail envoyer par mail
> Tous les articles remonter Remonter