Canada - La maison Orléans, Montréal, Québec

La réflexion que nous poursuivons dans le groupe « Au cœur de la Maison commune » est d’approfondir l’esprit des Béatitudes proposées par Jésus à notre monde contemporain ; elle vient inspirer et soutenir notre engagement dans la mission que nous désirons continuer.

Le Projet de la Maison Orléans est né d’un appel fait par quelques personnes à l’une des Petites Sœurs de l’Assomption. Ces personnes vivaient toutes sortes de situations pénibles à l’intérieur d’un contexte social et économique difficile. Elles étaient en quête de sens et à la recherche d’un chemin d’humanisation.
 
Située dans un des quartiers les plus défavorisés de Montréal, la Maison Orléans (sise sur la rue Orléans, d’où son nom) existe depuis 13 ans déjà ! Au fil des années, elle est devenue un lieu d’accueil pour toute peronne qui cherche un sens à sa vie et désire trouver sa place dans la société d’aujourd’hui.
Elle offre à chaque personne la possibilité de partager ses expériences de vie, d’identifier ses talents. Elle propose aux personnes qui le désirent l’opportunité d’éclairer leur vie dans un partage interculturel et spirituel.
Chaque personne y est accueillie, écoutée et aimée. Elle peut s’exprimer en participant à l’un des groupes formés pour répondre aux différents besoins et, si elle le désire, elle peut être accompagnée dans son cheminement.
Chaque personne est reconnue dans son intégrité.
 
Les diverses activités de la Maison, leur variété, ainsi que la prise en charge par les personnes qui la fréquentent, manifestent des signes de solidarité, d’entraide, de soutien mutuel, d’ouverture au milieu.
 
Depuis juin 2011, les Services familiaux Étienne Pernet ont commencé un long processus d’autonomie face aux Petites Sœurs de l’Assomption, tout en demeurant profondément enracinés dans l’esprit qui les anime et qui demeure au cœur de notre mission. En effet, Étienne Pernet a fait des marginaux et des oubliés de la société le centre des préoccupations et des activités de la congrégation des PSA et il a cherché à rapprocher des personnes issues de classes sociales différentes autour de projets communs. Les personnes qui fréquentent la Maison Orléans sont souvent, en effet, des « laissées pour compte », soit de la société, soit de l’Église à laquelle elles appartiennent.
Aujourd’hui, la vie nous amène vers de nouveaux défis. Animés de l’esprit d’Étienne Pernet et d’Antoinette Fage, laïcs et Petites Sœurs travaillent ensemble pour assurer la pérennité de la Maison, et cherchent avec les différents groupes qui composent la Maison Orléans, des pistes de réponses aux besoins des personnes, tout en tenant compte de la réalité de la société dans laquelle nous vivons et de tout ce qui la façonne : culture, croyances, ethnies, idéologies, système économique, social et politique.
La réflexion que nous poursuivons dans le groupe « Au cœur de la Maison commune », qui est d’approfondir l’esprit des Béatitudes proposées par Jésus à notre monde contemporain, vient inspirer et soutenir notre engagement dans la mission que nous désirons continuer.
Nous avons le goût de devenir artisans et artisanes d’espérance d’un monde meilleur !
 
Yveline Ghariani, membre de l’équipe d’animation
 
24/04/2013
Enregistrer au format PDF Imprimer l'article envoyer l'article par mail envoyer par mail
> Tous les articles remonter Remonter