Burkina:Une aventure qui commence

« Va avec la force qui t’anime » (Chapitre Général 2011)

« C’est avec cette allure que le souffle de Dieu nous pousse à vivre la vie fraternelle, signe de notre désir de la rencontre de l’autre, du partage, et de l’échange » ce désir de vivre en communauté nous habite ; découvrir l’autre telle qu’elle est, comme un cadeau de Dieu, c’est un don gratuit qui fait grandir. Il nous pousse à aller au-delà de nos propres forces. Partageons à présent ce qui concerne plus précisément notre expérience vécue en communauté :

Nous sommes quatre petites sœurs arrivées à Paris : Maria Teresa, Marcelline, Tuyên et Patience qui se préparent pour la mission au Burkina Faso. Début mars 2016, nous avons eu chacune, à différents moments, la consultation de Marie Françoise, demandant si nous aimerions aller ouvrir la deuxième communauté à Bobo. Chacune avec ses raisons et ses expériences ; les unes, ayant déjà vécu là-bas, les autres non, et sans avoir y vécu ensemble, à être une présence proche des familles. Toutes nous avons dit oui, avec joie et enthousiasme d’aller à la rencontre de ce peuple. Depuis ce temps, dans nos communautés respectives, chacune s’est préparée pour cette nouvelle mission. Arrivée chacune de son coin nous nous retrouvons à Paris Grenelle. 
 
Vendredi, le 4 novembre 2016, nous étions réunies à la Maison Mère. Après l’Eucharistie dans la chapelle à Grenelle, nous nous réunissons dans la salle de rencontre à partir de 9h15 avec le Conseil général. Elles nous proposent une prière d’ouverture animée par elles-mêmes. Après la prière elles ouvrent la journée et nous invitent à faire un premier pas, faire connaissance les unes des autres.
Par une dynamique, elles en donnent l’explication : choisir chacune des images, les photos du journal sur la table ou dessiner, ce que nous voulons pour nous présenter, faire mémoire de notre parcours, le chemin que Dieu fait avec nous jusqu’aujourd’hui, ce que signifie être Petite Sœur. Nous avons eu à partager ensemble, cela nous permet de nous connaitre et de commencer cette aventure. 
          
Nous faisons un pas de plus pour élargir notre regard sur le pays où nous sommes envoyées. Une sœur Burkinabé, Bernadette, sœur Franciscaine missionnaire de Marie, nous a accompagnées toute la journée afin de fixer notre regard sur le Burkina, aller plus loin, connaitre les ressources, l’Église de Bobo, l’inculturalité et un aperçu général de Bobo. Elles nous invitent à avoir le sens de l’observation, « ouvrir nos cœurs, nos yeux, nos oreilles et avoir une petite bouche. » Aussi il est mieux de connaitre la personne que le village, cela permet de découvrir la culture Burkinabé.
            
Toute la semaine nous étions vraiment plongées dans la formation, nous aidant mutuellement à construire ensemble la communauté, dans un esprit d’écoute, d’attention et de partage. Cette expérience était marquée par la disponibilité, l’ambiance et la participation de chacune, la joie qui nous animait pour dire oui à cet appel et au besoin de la congrégation. Va avec la force qui t’anime nous a permis d’approfondir notre engagement, notre option aux pauvres, notre mission et notre attachement au Christ serviteur et sauveur. Nous avons senti la participation, l’amour et la liberté à ce premier stade. 
 
Arrivée au Burkina-Faso
 
           
 Le 16 novembre 2016, départ de la communauté pour le Burkina Faso, accompagnées de Sœur Piedad Berrio, Conseillère générale. Le 17 novembre nous arrivons à Bobo, accueillies par nos sœurs : Maria José Vallejo, Maria Lurdes Mendes et Marie-Claire Muhika. 
      Cela fait plus de trois mois que nous découvrons la culture, le quartier et le peuple. Nous aimons beaucoup la façon dont ce peuple accueille les gens. Ils ont une générosité, une simplicité et un grand respect. La notion d’accueil, de salutation, nous impressionne, que ce soit la première ou la quatrième fois dans la journée, on prend le temps pour le faire. Dans cette salutation, vous avez un bonjour, un accueil, une attention pour les membres de la famille, des nouvelles et on termine toujours par de belles bénédictions. Nous voyons dans tout cela une proximité, une politesse, un respect, un désir relationnel et une foi en Dieu. Pour eux tout vient de Dieu.
      Aujourd’hui nous pouvons dire le grand accueil de ce peuple, ses valeurs, et ses dignités. C’est un peuple organisé et travailleur … ; Il nous fait découvrir ce Dieu présent au milieu de la réalité quotidienne et au cœur de chaque personne. 
Ces attitudes sont pour nous une interpellation qui nous amène à la conversion et en même temps une action de grâce pour ce Dieu qui se révèle aux pauvres et aux petits. 
     L’inter- religion se vit ensemble dans la paix ; nous trouvons dans la même famille, papa musulman, maman catholique et les enfants soit protestant, catholique ou musulman. Un respect de la liberté de religion se vit. Et dans l’Eglise catholique vous rencontrerez des musulmans et des protestants…
         Au marché, nous rencontrons des gens honnêtes. Si on se trompe ou qu’on fait tomber quelque chose (un porte-monnaie,….), on court vous le donner. 
        C’est impressionnant, à la messe, même si elle dure deux heures, on n’entend même pas de bruit, ni les enfants qui pleurent, pourtant ils sont nombreux. C’est comme si quelque chose de la culture ou de la nature qu’ils doivent supporter.
      
Expérience communautaire
« Vivre en communauté c’est un temps d’apprentissage ensemble. En effet nous cherchons, dans un premier temps à nous accueillir, accepter les unes les autres dans nos différences pour, ensuite, essayer de nous laisser transformer mutuellement à travers la vie d’ensemble. Les tâches quotidiennes, la prière, les partages simples et autres en communauté ».
Nous reconnaissons que c’est une chance de vivre dans une congrégation internationale, qui manifeste notre réalité et notre existence dans les différents pays, que Dieu nous offre chaque jour. L’inter-culturalité se vit, se cultive, et s’apprécie. « C’est un enrichissement, une richesse mutuelle à travers les rythmes, les habitudes et autres ». 
 
 
       Pour nous c’est une occasion de vivre et d’expérimenter d’autres cultures. Nous les prenons et considérons comme une partie de notre formation. Nous avons besoin les unes des autres pour bien faire le chemin. Le Seigneur notre Dieu nous veut des Femmes Religieuses et Apôtres ; nous sommes heureuses de vivre cette expérience à Bobo-Dioulasso, aussi nous sommes porteuses de joie, de l’amour et de paix là où nous nous trouvons dans le quartier auprès du peuple auquel nous sommes envoyées.
          Nous apprenons la langue Dioula qui nous permet d’être en communication avec les gens ; et nous participons aux différents engagements : (pastorale vocationnelle et des jeunes, pastorale de la santé, et soutien scolaire….). 
Dans un climat de fraternité, nous essayons de construire notre communauté au jour le jour. 
         
       Nous rendons grâce à Dieu et à la Congrégation pour cet envoi au milieu de ce peuple qui nous accueille. Aussi nous disons merci à l’autre communauté qui nous aide à vivre l’intégration et la connaissance de la réalité où nous sommes ; afin qu’ensemble nous puissions marcher vers la terre promise qui est le règne de Dieu.
                           
 
 
Nous disons un grand merci pour le soutien, et l’accompagnement de toute la congrégation pour ce premier moment de l’installation de la communauté.  Trois mois d’expérience riche et magnifique.
 
Communauté Espérance Bobo-Dioulasso
10/04/2017
Enregistrer au format PDF Imprimer l'article envoyer l'article par mail envoyer par mail
> Tous les articles remonter Remonter