Angleterre - La vie à la paroisse de Nechells, Birmingham

Le changement est nécessaire pour toute croissance ; nous avons foi en la mèche qui fume encore, et nous prions pour que, tout comme Marie est venue dans la joie pour être avec sa cousine Elisabeth à l’heure du besoin, nous serons aussi ouvertes pour aller avec le Christ partout où il nous conduira, en le portant au-dedans de nous pour le partager avec ceux que nous rencontrerons

Cela fait plus de vingt ans maintenant que je suis arrivée dans cette paroisse de la banlieue de Birmingham : St Vincent de Nechells. Pendant des années, la paroisse semblait bien fonctionner, avec très peu de changements, la vie quotidienne suivait son cours, les paroissiens aidaient et partageaient leurs vies récipro-ques ; ma mission ici est celle d’une sœur de la paroisse engagée dans la catéchèse, la préparation des adultes aux sacrements du Baptême, de la Première Communion et de la Confirmation. Mon travail s’effectue également à l’école auprès des jeunes enfants : je les prépare aux sacrements aux côtés de leurs enseignants. Jusqu’à il y a deux ans, nous avions le même curé, qui était aussi chancelier du diocèse de Birmingham, un travail qui l’obligeait à œuvrer en dehors de la paroisse quotidiennement. Il avait une grande admiration pour le charisme des Petites Sœurs et il nous prêtait main-forte à Nechells et à Birmingham dès que possible ou nécessaire. Toutefois, rien n’est figé, et pour qu’il y ait croissance, le changement est nécessaire : le Père John a été nommé recteur du Collège de Beda à Rome, et le P. Solomon Ghebrey, prêtre lazariste originaire d’Erythrée, a été nommé pour le remplacer. Le Père Solomon avait travaillé pendant plusieurs années à Sheffield, aussi le fait d’être nommé dans notre paroisse fut un travail tout nouveau pour lui. 
 
Dès son arrivée, non seulement il s’est bien adapté à notre paroisse, mais il l’a aussi transformée, en invitant les résidents les plus âgés à accueillir toute une nouvelle communauté, pour que celle-ci participe à la mise en place d’un apostolat partagé. Le P. Solomon est responsable des immigrés érythréens de Birmingham, et au lieu de les tenir à l’écart, il les a intégrés au quartier. Une nouvelle vie est née de ces deux groupes qui se sont enrichis mutuellement.
 
Une sortie avec la paroisse 
 
Là où il y avait auparavant une communauté vieillissante, il y a aujourd’hui une communauté jeune et dynamique, enrichie de ce mélange ; la liturgie est vivante grâce aux chants et aux danses du continent africain, et les Erythréens sont intégrés à la vie de la paroisse, et apprennent à parler anglais.
 
Je fais partie de la communauté des Petites Soeurs de l’Assomption de Kingstanding et les deux autres sœurs se joignent à moi à Nechells ou bien je me joins à elles à Kingstanding pour la préparation du Chapitre ou pour toutes les célébrations que nous pourrions avoir dans l’une ou l’autre paroisse. Depuis l’arrivée du P. Solomon, je vis une expérience culturelle très forte. Les Erythréens suivent le calendrier julien, c’est pourquoi les fêtes de Noël et de Pâques tombent à des dates différentes de celles des autres catholiques. J’ai été vraiment impressionnée par leur façon de préparer ces fêtes avec autant de ferveur, et toute la paroisse a été édifiée par leur exemple du jeûne et de la fête, auxquels nous étions invités à participer. Même avec mes quatre-vingt-douze ans, j’apprends de nouvelles manières de célébrer et de partager. Leurs mariages et leurs baptêmes sont une réelle source de joie pour toute la communauté, et j’apprends à aller à leur rythme et à respecter leurs coutumes. Qu’il est beau de voir comment les jeunes enfants apprennent à prier à et être respectueux dans l’Eglise…. ils ont si soif d’apprendre.
 
Mary Carroll avec les enfants de la première Communion
 
La célébration eucharistique chez les Erythréens peut durer de deux à trois heures, avec des danses et des chants magnifiques ; autant dire que ce n’est pas très habituel pour nous Anglais, mais nous pouvons apprécier ce que cela signifie d’être Erythréen. La foi est vraiment vécue et nourrie, et les gens sont invités à vivre concrètement cette foi dans leurs vies quotidiennes. 
 
Les jeunes, filles et garçons, sont encouragés à devenir servants d’autel, les jeunes adultes font facilement les lectures à la messe, et les Ministres de l’Eucharistie sont de plus en plus nombreux. Comme le Père Solomon est Lazariste, il a aussi le souci des pauvres et des personnes les plus démunies de la paroisse, et il est toujours partant pour aller leur rendre visite lorsque nécessaire ; il a en particulier le souci des malades et des aînés, et il me témoigne une gentillesse exceptionnelle.
 
Le changement est nécessaire pour toute croissance, mais les bénédictions et la paix que sa présence nous a apportées ici est prétexte à rendre grâce tous les jours. Notre charisme est bien vivant et actif parmi la population et même si nous avons l’air d’être un vestige de la Congrégation en Angleterre et au Pays de Galles, la flamme de l’amour brûle toujours et flamboie.
 
Alors que nous commençons la préparation au Chapitre général, nous savons que notre contribution est importante car nous avons foi en la mèche qui fume encore, et nous prions pour que, tout comme Marie est venue dans la joie pour être avec sa cousine Elisabeth à l’heure du besoin, nous serons aussi ouvertes pour aller avec le Christ partout où il nous conduira, en le portant au-dedans de nous pour le partager avec ceux que nous rencontrerons.
 
 
Je remercie infiniment les membres du Conseil général pour la manière dont elles nous guident dans la préparation au Chapitre ; et que toutes les sœurs préparant leurs vœux définitifs soient assurées de mon affection et de mes prières. 
 
 
Mary Carroll
24/08/2016
Enregistrer au format PDF Imprimer l'article envoyer l'article par mail envoyer par mail
> Tous les articles remonter Remonter