A 10 000 kms vers l’Est : le Vietnam

Deux mois au Vietnam, c’est ce que j’ai eu la joie de vivre cet été, partageant simplement le quotidien de jeunes se posant la question d’une vocation religieuse.

Ce qui m’a frappée, c’est, à l’arrivée, la découverte d’une ville pleine d’animation, de bruit, de lumière, avec une marée de motos déferlant sur chaque carrefour, tandis que des enseignes lumineuses surplombent toutes les boutiques.

C’est ensuite le contraste entre des réalités qui coexistent : marchés traditionnels auprès d’un gigantesque building en forme de pain de sucre, une forêt de petites maisons basses au milieu de laquelle surgissent des immeubles flambant neuf, des motos rutilantes (car lavées chaque jour) dans des rues d’où la dernière pluie (torrentielle) n’est pas totalement évaporée.
 
Ce que j’ai admiré, au-delà de la beauté du Mékong ou des pagodes, ce sont les qualités humaines de ce peuple :
  • L’accueil – Je me suis tout de suite sentie adoptée par les jeunes (20 ans environ) avec les-quelles j’ai vécu. Ce fut un accueil vrai, tout à la fois empreint de respect (je pourrais être leur grand-mère) et d’affection prévenante. « Sois prudente » me répétait l’une d’elles à chaque fois que je faisais quelque chose qui ne lui semblait pas de mon âge !
  • La sensibilité et la retenue tout à la fois – J’ai pu mesurer la finesse de leur sensibilité, la délicatesse de leurs sentiments : tout à la fois, par éducation, on ne manifeste pas ceux-ci mais, quand l’émotion est trop forte, le verrou saute et on peut mesurer la richesse et la force de ce que ressentent ces jeunes femmes.
  • Le courage de ce peuple – Ce peuple qui a vécu des années et des années de lutte et de souffrance pour obtenir sa liberté, continue à fournir un effort très soutenu pour que son pays arrive à un bon niveau de développement. Les Vietnamiens ne connaissent pas de week-end, ni même de dimanche. Le monde populaire travaille tout le temps.
  • Je pense qu’il y a un effort d’aménagement et de construction colossal : partout des camions, des chantiers, des grues et des bulldozers ainsi que des maisons qui montent sous vos yeux !
  • L’engagement des Chrétiens – Toutes les sagesses et religions ont atteint un jour ou l’autre le Vietnam où elles se sont succédé et superposées dans ce peuple naturellement religieux : confucianisme, bouddhisme, taoïsme, caodaïsme.. Le christianisme représente actuellement 7.5 % environ de la population. Il est donc minoritaire dans un pays dont le gouvernement est communiste et les habitants, majoritairement bouddhistes. Les Chrétiens sont donc en état de « témoignage » ; cela explique une ferveur qui a fait mon admiration. A Di An, banlieue nord de Saïgon, à la messe de 5 h du matin, (comme à celle de 17 h 30), je pouvais voir plus d’une centaine de fidèles de tous âges...dont des hommes qui venaient là avant d’aller au travail. 
J’ai vu de près aussi la qualité de la vie de ces jeunes qui s’interrogeaient sur leur avenir, une simplicité, une vérité et une joie qui en disent plus long que des discours.
 
 
Ce que j’ai beaucoup aimé aussi, c’est ce qui s’est vécu autour de la bénédiction de la maison de Di An, destinée à la communauté que forment deux sœurs et des jeunes en recherche.
 
J’ai aimé la préparation de cette manifestation qui a mis en valeur les qualités de prévision et d’organisation des jeunes ainsi que leur facilité à travailler en équipe : l’efficacité dans la discrétion m’a fait penser à une fourmilière. 
 
La cérémonie, elle-même, simple et belle, a eu lieu le 28 août avec le curé de Di An, le nouveau provincial de France des Assomptionnistes, le Père Benoît Gschwind et le Père Bernard Holzer, de passage tous deux au Vietnam. Notre Provinciale, Sr Maguy était là, épaulant Sr Diep, d’origine vietnamienne, responsable de la maison.. 
 
Ce fut pour moi le point d’orgue de ce séjour qui garde pour moi une tonalité inoubliable : en particulier, la rencontre de ces jeunes, leur questionnement, leur recherche sont pour moi signe du travail de l’Esprit dans leur cœur comme dans celui de tout homme. 
 
Soeur Jacqueline
02/11/2011
Enregistrer au format PDF Imprimer l'article envoyer l'article par mail envoyer par mail
> Tous les articles remonter Remonter