50 ans de vie religieuse !

A l’occasion de leurs 50 ans de vie religieuse, 8 petites sœurs de l’Assomption sont venues à Nîmes fin juin 2012. Elles relatent le «  pourquoi » de ce séjour :
  • De Gembloux (Belgique) à Kinshasa,
  • D’Antony à Vaulx en Velin,
  • De Montrouge à Lyon 
  • et de Lomme (Lille) à Paris XVe.
Forcément, pour des Petites Sœurs de l’Assomption, les routes passent par Nîmes, se croisent à l’Enclos Rey et... passage obligé, elles suivent la rue de la Poudrière, l’étroite sente escarpée, jalonnée de marches fort usées qu’Etienne Pernet a fréquentée, escorté d’ados vivants dans les familles défavorisées de ce quartier dans les années 1845.
 
Saisi de pitié, comme Jésus devant les foules sans berger, Etienne n’a pas étouffé l’intuition qui l’habitait : « Il faudrait, là une femme religieuse et apôtre… ! » 
Ce « mal de l’ouvrier » il ne pouvait le supporter, lui, le compagnon d’Emmanuel d’Alzon aux première heures de l’Assomption.
 
Quelques 160 ans après, heureuses « pèlerines » sur les pas du fondateur, huit Petites sœurs disent aujourd’hui leur bonheur d’avoir, il y a 50 ans signé leur engagement :
OUI à l’Alliance
qui depuis toujours nous devance.
 
Un passage au «  lieu de mémoire » sur Emmanuel d’Alzon et une journée à Notre Dame de toutes grâces à Rochefort du Gard où Etienne Pernet est venu en pèlerinage pour discerner sa vocation, nous ont permis d’entrer profondément dans sa démarche.
 
Aujourd’hui, dans l’action de grâces pour la fidélité du Seigneur, nous allons poursuivre notre pèlerinage ici ou ailleurs, en solidarité avec les autres communautés à travers le monde.
 
A Nîmes au 465 rue de Brunswick, six Petites sœurs de l’Assomption continuent la route tracée modestement et avec courage par les générations qui nous ont précédées à Nîmes depuis 1885.
 
17/09/2012
Enregistrer au format PDF Imprimer l'article envoyer l'article par mail envoyer par mail
> Tous les articles remonter Remonter