15 août 2015 : la fête de l’Assomption avec les Petites Soeurs

Dieu accompagne, soigne et guérit son peuple. Que la Vierge Marie en son Assomption nous accompagne, elle qui est « bienheureuse car elle a cru ».

Accueil de la Vierge de l’Assomption à la « Communauté chrétienne de Base » de Bobo Dioulasso – Juin 2015

 
 
Que se passait-il le 15 août 1865 alors que depuis 4 semaines à peine, quelques jeunes femmes, avec Antoinette Fage, commençaient leur vie ensemble au service des malades dans les familles ouvrières et pauvres ?
 
L’on peut imaginer que chacune, comme chaque jour, avec un « zèle apostolique », partait rejoindre les plus fragiles, avec au cœur le désir de « vivre avec le Christ comme avec quelqu’un que l’on aime » et en ayant « un seul cœur et une seule âme tournés vers Dieu. »
 
Et pour nous, en cette année 2015, nous sommes témoins de la grâce de Dieu répandue sur toutes les sœurs et sur ce peuple aimé de Dieu. Peu à peu nous arrivent de pays en pays, d’une ville à l’autre et sur tous les continents, les nouvelles des célébrations de ce 150ème anniversaire de Fondation.
 
A Paris nous avons pu le vivre avec une dimension internationale bien marquée puisque nous terminions l’Assemblée internationale de Congrégation où chaque Territoire était représenté. La diversité introduite aussi par les jeunes en formation nous a fait élargir encore un peu plus « l’espace de notre tente ».
 
C’est un temps pour rendre grâce. Nous nous inscrivons ainsi dans la démarche de tous ceux et celles qui ont reconnu l’action de Dieu dans leur vie et la vie du peuple.
 
Rappelons-nous seulement le chant de quelques femmes dans la Bible et savourons leurs paroles pour qu’elles nous entraînent à les faire nôtres :
 
« Alors Myriam la prophétesse, la sœur d’Aaron, prit en main un tambourin et les femmes derrière elle sortirent avec leurs tambourins. En chœur, elles chantaient avec Myriam : chantez à Yahvé, car il s’est couvert de gloire, il a jeté à la mer cheval et cavalier. » Ex 15, 19-21
 
Rappelons-nous Anne, la femme stérile qui enfantera Samuel. Son action de grâce ne sera pas que parole mais se concrétisera par le don de son enfant à Dieu. Son cœur déborde de joie :
 
« Alors Anne prononça ce cantique : en Yahvé mon cœur chante de joie, avec Yahvé je suis pleine de force ; Je peux répondre à mes ennemis car tu m’as sauvée, c’est là mon bonheur. Nul n’est saint comme Yahvé, personne ne l’est sinon toi… Il retire de la poussière le petit, de son fumier il relève le pauvre pour le faire asseoir avec les grands et lui donner un trône de gloire. » 1 Sam 2, 1-8
 
Arrêtons-nous aussi avec Marie et Elisabeth. Jean tressaille le premier et Marie pourra répondre à sa cousine :
 
« Mon âme exalte le Seigneur et mon esprit tressaille de joie en Dieu mon Sauveur ! Car il a regardé son humble servante et tous les âges désormais me diront bienheureuse… Il s’est souvenu de sa miséricorde, comme il l’avait promis à nos pères, à Abraham et à sa descendance à jamais. » Lc 1, 46-48 ; 54-55
 
Avec ces trois figures de femmes nous pourrions retenir un premier point : toutes les trois avec leurs peuples sont dans une situation de pauvreté. Or, de la fragilité naît la fécondité :
Myriam l’expérimente avec son peuple lorsqu’il se rassemble,
Anne découvre sa prière exaucée,
Marie, dans l’attente avec le « petit reste d’Israël », est comblée de la Promesse de Dieu.
 
Un deuxième point peut retenir notre attention, selon le Père Grégoire Cieutat dans son homélie en la fête de la Visitation de 2013 : « La jeune vierge Marie de Nazareth entonne d’abord en solo son magnificat, puis elle est rejointe en cours de chant par sa cousine Elisabeth, sans doute à l’instant précis où la gloire de Dieu est proclamée… Marie et Elisabeth sont réunies en un même chant d’action de grâce pour les merveilles de Dieu, image de l’Eglise réunissant l’ancienne et la nouvelle alliance... »
 
En cette année du 150e anniversaire de la Congrégation nous pouvons, nous aussi proclamer que Dieu accompagne, soigne et guérit son peuple. Et nous ne le disons pas seules. Nous le disons en Congrégation, nous le disons lors de nos différentes célébrations, avec nos amis, nous le disons en Eglise. Et c’est un cadeau !
 
En cette année 2015, lors de l’Assemblée de Congrégation nous avons aussi commencé à ouvrir le chemin vers le Chapitre Général. Celui-ci aura lieu en juillet 2017. Nous allons une fois encore vivre des moments riches d’écoute de l’Esprit et de coresponsabilité.
 
Que la Vierge Marie en son Assomption nous accompagne, elle qui est « bienheureuse car elle a cru ».
 
Bonne Fête de l’assomption.
 
Sr Marie-Françoise et le Conseil général
12/08/2015
Enregistrer au format PDF Imprimer l'article envoyer l'article par mail envoyer par mail
> Tous les articles remonter Remonter